BFM Business

Carlos Ghosn va bien prendre les rênes de Mitsubishi

Carlos Ghosn plus multi-casquettés que jamais

Carlos Ghosn plus multi-casquettés que jamais - Toshifumi Kitamura - AFP

Le PDG de l'alliance Renault-Nissan a annoncé dans un communiqué ce jeudi 20 octobre avoir bouclé le rachat de 34% du capital de Mitsubishi et a confirmé qu'il prendrait la tête du groupe nippon.

Le suspense aura été de courte durée. Lors d'une conférence de presse tenue ce jeudi 20 octobre, Carlos Ghosn a annoncé que Nissan avait bouclé le rachat de 34% des actions de Mitsubishi pour un montant de 2,1 milliards d'euros.

Surtout le PDG de l'alliance Renault-Nissan a profité de l'occasion pour confirmer les rumeurs et indiqué qu'il prendrait la tête de Mitsubishi lors d'un prochain conseil d'administration. Cette possibilité avait été évoquée mercredi par le journal japonais Nikkei ce qui avait fait bondir l'action Mitsubishi en Bourse.

Carlos Ghosn a néanmoins indiqué qu'il nommait un co-PDG japonais chez Nissan, Hiroto Saikawa (actuel directeur de la compétitivité), pour l'épauler dans sa tâche. Cette décision doit lui permettre de se consacrer au redressement de Mitsubishi. "Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une mise en retrait de ma part. Ce que je dis c'est que j'aurai besoin de temps pour soutenir MMC (Mitsubishi Motors Corporation)", a-t-il déclaré 

Mitsubishi en difficulté

Les investisseurs japonais ont une image plutôt positive de la façon dont Carlos Ghosn gère les sociétés qu'il dirige, louant une stratégie jugée claire et une volonté farouche de réduire les coûts pour améliorer la rentabilité.

Mitsubishi est actuellement en grande difficulté. Le constructeur avait, le 20 avril, admis des manipulations de données sur quatre modèles de mini-voitures, dont deux construits pour Nissan. Mitsubishi Motors a ensuite avoué avoir utilisé des tests non homologués au Japon depuis 25 ans sur plusieurs autres véhicules, d'où cette enquête du gouvernement.

Du fait de cette délicate épreuve, le constructeur japonais devrait accuser au cours de l'exercice 2016-2017 sa première perte financière en huit ans.

J.M. avec AFP