BFM Business

Carlos Ghosn estime avoir "fait une connerie" en refusant de prendre la tête de General Motors

Lors de sa conférence de presse, l'ancien patron de Renault confirme que l'administration américaine lui avait proposé de prendre les rênes de GM en 2009. "Pour être tout à fait honnête, j'aurais dû accepter cette offre" explique-t-il aujourd'hui.

La vie tient à peu de choses. Carlos Ghosn, patron déchu de l'alliance Renault-Nissan et désormais en fuite au Liban, aurait pu avoir un autre destin s'il avait accepté de prendre la tête de General Motors en 2009.

Steve Rattner, ancien conseiller du président des Etats-Unis Barack Obama pour le secteur automobile, lui avait ainsi proposé le poste en doublant son salaire. Lors de sa conférence de presse de mercredi, Carlos Ghosn est revenu sur cet épisode. "C'est une proposition très alléchante mais le capitaine ne quitte pas son navire quand celui-ci est en difficulté" a expliqué Carlos Ghosn.

"Et j'ai fait une erreur d'ailleurs. Pour être tout à fait honnête, j'aurais dû accepter cette offre" indique-t-il. "Quand Steve Rattner m'a proposé de devenir le patron de General Motors en 2009, et que j'ai refusé de prendre le job par fidélité à Renault et Nissan, j'ai fait une connerie."

Une rémunération de 54 millions de dollars par an

Et tacler sévèrement celle qui est actuellement en poste chez le constructeur automobile américain. "Mary Barra, qui est patronne de General Motors a gagné 26 ou 27 millions de dollars l'année dernière. Il n'y a pas eu une ligne dans un journal là-dessus. Elle vit très bien, elle est une citoyenne respectée. Elle a un job beaucoup plus facile parce qu'elle n'a qu'une entreprise à gérer" indique-t-il. "Moi je n'étais pas dans mon pays, je travaillais à travers les continents. Tout le monde était très content que je fasse ce boulot et maintenant on vient me dire : 'ah monsieur Ghosn, vous voyagiez beaucoup ! Ah monsieur Ghosn, vous touchiez beaucoup d'argent !'"

Selon les informations de L'Obs, la proposition financière américaine était d'ailleurs bien plus qu'un doublement de rémunération pour Carlos Ghosn, qui émargeait à 15 millions d'euros annuels avant son arrestation. Steve Rattner lui aurait ainsi proposé 54 millions de dollars annuels…

Thomas Leroy