BFM Business

Boeing abaisse sa production de 777

Boeing

Boeing - Le triple 7 de Boeing va être remplacé par une nouvelle version remotorisée

L'avionneur américain a diminué la cadence de production sur son long courrier, passant de 8,33 appareils à 7 par mois à compter de janvier. Ce qui se traduira par un impact sur l'emploi encore non chiffré.

Boeing réduit la voilure. L'avionneur a annoncé lundi abaisser la production du long courrier 777, mesure qui devrait se traduire par des suppressions d'emplois non encore chiffrées.

Boeing, qui produit actuellement 8,33 appareils de la famille 777 par mois, avait annoncé en janvier que la cadence de production de ce gros porteur allait diminuer à 7 avions mensuels à compter de janvier 2017.

Le rythme de production sera encore plus faible à compter d'août puisque le constructeur aéronautique ne prévoit plus que d'en fabriquer 5 à cette date, a-t-il précisé lundi.

Du 777 au 777X

Boeing avait notamment été la cible la semaine dernière d'attaques du président élu américain Donald Trump qui veut faire revenir aux États-Unis les emplois industriels perdus avec la mondialisation.

Cette décision n'est pas vraiment une surprise puisque le 777 dans sa version actuelle sera remplacé à partir de l'année prochaine par son successeur, le 777X, plus économe en kérosène et équipé de technologies dernier cri.

"Les signaux venant du marché du 777 font état de beaucoup d'hésitations à court terme dans plusieurs régions", explique Elizabeth Lung, une responsable de Boeing dans un courrier interne adressé aux salariés et dont l'AFP a obtenu copie.

Un impact sur l'emploi

Il va y avoir "un impact sur l'emploi l'année prochaine", affirme la dirigeante, ajoutant que "si le nombre de postes affectés n'a pas encore été déterminé, nous ferons de notre mieux pour en minimiser l'impact".

Une des pistes serait de faire des économies sur d'autres postes de dépenses au sein du programme, estime-t-elle.

Boeing a par ailleurs maintenu inchangés ses objectifs financiers 2016 car cet arrêt de production ne va avoir qu'un impact "modeste" sur sa performance, assure-t-il.

L'avionneur, qui vient de signer un accord de 16,6 milliards de dollars pour vendre 80 avions à la compagnie Iran Air, a par ailleurs annoncé augmenter son dividende trimestriel de 30% à 1,42 dollar par action.

Il va également procéder au rachat de ses propres actions pour 7 milliards de dollars supplémentaires, ce qui vient se rajouter à 7 milliards restants du précédent plan.

J.M. avec AFP