BFM Business

Baisse du nombre de morts sur les routes françaises en mai

La mortalité sur les routes de France a baissé en mai pour la première fois depuis le début de l'année, avec 317 personnes tuées contre 336 en mai 2010 (-5,7%). /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch

La mortalité sur les routes de France a baissé en mai pour la première fois depuis le début de l'année, avec 317 personnes tuées contre 336 en mai 2010 (-5,7%). /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch - -

PARIS (Reuters) - La mortalité sur les routes de France a baissé en mai pour la première fois depuis le début de l'année, avec 317 personnes tuées...

PARIS (Reuters) - La mortalité sur les routes de France a baissé en mai pour la première fois depuis le début de l'année, avec 317 personnes tuées contre 336 en mai 2010 (-5,7%).

Le nombre de personnes blessées hospitalisées est également en diminution : 2.611 en mai 2011 contre 2.784 en mai 2010, soit 173 personnes hospitalisées en moins et un recul de 6,2%, précise vendredi la Sécurité routière dans un communiqué.

La baisse porte essentiellement sur les voitures particulières, alors que la mortalité des cyclistes est en hausse (+10% par rapport à mai 2010).

La Sécurité routière souligne que le mois de mai 2011 ne comportait ni pont, ni week-end de trois jours, contrairement à mai 2010, mais a bénéficié d'un temps exceptionnellement doux et sec favorisant les sorties.

Elle invite à la vigilance pour le week-end de la Pentecôte, rappelant que la mortalité routière des cinq premiers mois de l'année 2011 reste en hausse de 8,6%, comparée à la même période de l'année 2010.

Le gouvernement français a décidé début mai de durcir les sanctions contre la vitesse et l'alcool au volant, notamment, après une forte hausse du nombre de tués en avril (355 décès, soit +19,9% par rapport à avril 2010).

La mesure consistant à interdire les avertisseurs de radars et les panneaux indiquant la présence de radars fixes a été vivement contestée, par les automobilistes mais aussi les élus de la majorité.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse