BFM Business

BAE va supprimer 1.775 emplois dans ses chantiers navals d'ici à 2016

Le coût de cette restructuration sera supporté par le ministère de la Défense.

Le coût de cette restructuration sera supporté par le ministère de la Défense. - -

Le groupe de défense britannique a annoncé, ce mercredi 6 novembre, être arrivé à un accord avec le gouvernement de Londres pour supprimer plus de 1.700 postes d'ici à 2016.

Après l'échec, l'année dernière, de sa fusion avec EADS, le groupe de défense britannique BAE Systems réduit la voilure. La société a ainsi annoncé, ce mercredi 6 novembre, être arrivée à un accord avec le ministère britannique de la Défense pour supprimer 1.775 emplois à l'horizon 2016.

Dans le détail, 940 postes devraient être supprimés sur le site de Portsmouth, où l'activité cessera au deuxième semestre 2014, et 835 autres répartis sur les sites de Filton, de Glasgow et de Rosyth.

Le coût de cette restructuration sera supporté par le ministère de la Défense, a assuré BAE qui emploie au total 88.200 personnes dans le monde.

Réduction des dépenses

Cette restructuration intervient alors que ces chantiers navals vont être confrontés dans les années à venir à la baisse de leurs commandes liées à la construction de deux porte-avions pour la Royal Navy, qui doivent entrer en service à l'horizon 2020. BAE entend donc regrouper ses activités de construction navale à Glasgow.

Comme les autres groupes de défense, BAE Systems souffre de la réduction des budgets militaires. L'année dernière, les dépenses militaires mondiales ont connu une baisse de 0,5% par rapport à 2011, selon le Stockholm International Peace Research Institute (Sipri). Du jamais-vu depuis 1998.

J.M. avec AFP