BFM Business

Avec la crise sanitaire, "il faut tirer les leçons de notre dépendance à l’étranger"

-

- - Vincent Krieger - FIEV

Une fois la crise du coronavirus passée, Claude Cham, président de la FIEV, appelle à une réflexion sur la relocalisation de l’industrie. Le marché automobile français ne devrait pas dépasser les 1,5 million de véhicules vendus cette année.

Président de la Fédération des Industries des Equipements pour les Véhicules (FIEV), qui regroupe 120 adhérents employant 71.000 salariés, Claude Cham travaille avec ses équipes pour aider les PME et ETI du secteur automobile. La FIEV a suspendu son appel à cotisations pour cette année, soit l’équivalent de plusieurs millions d’euros. Mais il appelle aussi à une réflexion de plus long terme, des industriels comme des pouvoirs publics, pour se prémunir face aux prochaines crises mondiales.

Comment vos adhérents traversent-ils cette crise?

Claude Cham - 70% des entreprises sont à l’arrêt ou en chômage partiel. Quelques usines fonctionnent encore partiellement, pour alimenter l’après-vente ou livrer les usines de Slovénie, de Tchéquie, qui fonctionnent encore. Et aussi les usines chinoises qui repartent. Mais les plus petites souffrent clairement plus que les grosses, car ces entreprises n’ont pas forcément les ressources financières ou la trésorerie nécessaire. Nous les aidons dans les diverses démarches de reports d’échéances. A date, un seul de nos adhérents est dans un processus de liquidation.

Les banques soutiennent-elles les entreprises les plus fragiles du secteur?

Cela fut un peu dur au démarrage, mais les banques sont depuis aux côtés des entreprises. Le système de relais de prêts fonctionnent bien, nous n’avons pas de difficultés majeures. Notre inquiétude porte plutôt sur les assureurs, car le concept de cas de force majeur ne permet pas de déclencher les assurances pour couvrir les pertes d’exploitation. Nous avons alerté le ministre de l’Economie sur ce sujet. Des discussions sont déjà en cours pour préparer les plans de relance.

Quelles dispositions vont être prises?

Il faut une action méthodique en trois temps: sur le court, le moyen et le long termes. A court terme, il faut garantir aux salariés de reprendre le travail dans les conditions sanitaires les plus sûres possibles. Il faut travailler sur cette reprise pendant les cinq à six semaine qui viennent, et faire adhérer les salariés à cette reprise. A moyen terme, il faut travailler à la relance économique avec les pouvoirs publics. Enfin, sur le long terme, il faut tirer les leçons de notre dépendance par rapport à l’étranger, travailler sur nos fragilités. Pourquoi les sociétés se sont-elles implantées en Chine, au Maroc, en Turquie?

Cette question ne se pose-t-elle pas aussi au niveau européen? Les usines de Renault et PSA auraient pu s’arrêter à cause d’un sous-traitant italien en février…

Oui, il faut se poser la question, se mettre autour d’une table avec les industriels, les départements, les régions. Il faut faire attention à ne pas être dépendant d’un seul fournisseur, d’un seul client. Nous devons travailler tous ensemble pour prendre des décisions fortes qui ne seront pas forcément bonnes pour les profits à court terme, mais fera en sorte que nous, industriels européens, limitions nos dépendances dans des secteurs stratégiques comme l’électronique ou les batteries.

Un système de prime à la casse peut-il relancer le marché?

Le marché mondial perdra cette année entre 20 et 30 millions de voitures. A l’échelle de la France, cette année, au lieu des 1,8 million de voitures prévues, si nous arrivons à en vendre entre 1,4 et 1,5 million [contre 2,2 millions de voitures particulières l'année dernière, ndlr], ce sera déjà bien. Il faut s’accorder sur le meilleur dispositif de relance possible. Mais plus qu’un possible phénomène de prime à la casse, je suis plus préoccupé par l’atmosphère anti-voiture qui règne. Or, peu de produits ont fait autant de progrès techniques que l’automobile, de progrès de sécurité ces 40 dernières années. Il faut mieux défendre notre industrie.

Propos recueillis par Pauline Ducamp