BFM Business

Autoroutes: des hausses de tarifs de 2019 à 2023?

Ces hausses de tarifs constituent le rattrapage du gel de 2015.

Ces hausses de tarifs constituent le rattrapage du gel de 2015. - Jean-Pierre Clatot - AFP

D'après France 2, l'État a signé un "accord secret" avec les concessionnaires en 2015, prévoyant des hausses de tarifs autoroutiers jusqu'en 2023. Le surcoût pour les automobilistes serait au total de 500 millions d'euros.

Le gouvernement a-t-il passé un "accord secret" avec les sociétés d'autoroute? C'est en tout cas ce qu'avance France 2 dans un reportage diffusé lundi soir.

Fin 2014, le gouvernement de Manuel Valls avait suspendu une hausse des tarifs autoroutiers prévue pour 2015. Décision alors attaquée par les sociétés d'autoroutes. Pour débloquer la situation, le gouvernement avait négocié un protocole d'accord avec les concessionnaires, tenu secret.

Selon France 2, cet accord prévoyait que les sociétés autoroutières financeraient pour 3,2 milliards d'euros de travaux sur 10 ans en échange de quoi elles bénéficieraient de la stabilité fiscale mais aussi d'une clause pour pouvoir allonger la durée des concessions.

Un surcoût de 500 millions d'euros?

Surtout, les deux parties auraient convenu, pour rattraper le gel tarifaire de 2015, des "hausses de tarifs additionnelles" qui auraient lieu chaque année de 2019 à 2023. L'Arafer, l'autorité de régulation des transports, aurait chiffré un surcoût de 500 millions d'euros lié à cette décision, indique France 2. Ce surcoût, contesté par les sociétés d'autoroutes, serait donc à la charge des automobilistes.

France 2, qui dit avoir obtenu une copie du document, précise que le texte a été paraphé par Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, et Ségolène Royal, elle ministre de l'Écologie. Ce que conteste cette dernière "Il y a un arbitrage avec le ministère des Finances. Appelez le ministère des Finances, j’étais contre. Vous avez eu cet accord signé de ma main ? Je ne crois pas", affirme-t-elle à France 2. Bercy pour sa part n'a pas donné suite aux sollicitations de la deuxième chaîne.

J.M.