BFM Business

Automobile: la guerre des prix est relancée

Les ventes de BMW, comme celle de Mercedes ou Audi, sont mal orientées.

Les ventes de BMW, comme celle de Mercedes ou Audi, sont mal orientées. - Miguel Medina - AFP

Les constructeurs premium veulent absolument conserver leurs parts de marché, alors que de nouveaux concurrents apparaissent. Même si leurs marges sont parfois impactées.

En France, les marques allemandes passent à l'attaque. Les problèmes sont multiples: le marché est en petite forme, les volumes des marques "premium" reculent et de nouveaux concurrents comptent se lancer sur ce segment très rémunérateur.

Les constructeurs allemands cherchent du coup à conserver leurs positions. Maintenir à tout prix ses parts de marché, c'est par exemple la priorité du groupe Volkswagen. Un concessionnaire de la marque le reconnait: depuis le début de l'année, il n'hésite pas à rogner sur ses marges pour réaliser ses objectifs. Même la maison mère vient soutenir les volumes de sa filiale et vient de lancer en France des offres de financement à taux zéro.

Volvo et Infinity se positionnent

Les marques "premium" sont elles aussi malmenées. Les ventes d'Audi, BMW et Mercedes en France sont mal orientées. Et les marques sont obligées de multiplier les gestes commerciaux. Pas directement sur le prix de ventes des voitures, mais sur les à-côtés comme l'entretien. L'une de ces "premium", par exemple, inclut les révisions dans les prix de ventes. Une manière de conserver une clientèle rémunératrice au moment ou des marques comme Volvo et Infinty se présentent clairement comme des challengers.

Mathieu Sévin