BFM Business

Augustin de Romanet: ADP doit transmettre "la force de la mondialisation" à la France

Augustin de Romanet a expliqué que la création d'emplois pour son groupe passe par l'internationalisation

Augustin de Romanet a expliqué que la création d'emplois pour son groupe passe par l'internationalisation - -

Le PDG d’Aéroports de Paris a expliqué à BFM Business, ce mardi 5 mars, qu’il compte poursuivre l’internationalisation de son groupe. Un objectif qui passera notamment par le développement de sa société en Turquie.

Le trafic d’Aéroports de Paris (ADP) connaît une situation contrastée. Son PDG, Augustin de Romanet, invité de l’émission Le Grand Journal, ce mardi 5 mars, a d’emblée mis en exergue ce constat.

"On peut voir la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine. Avec 88,8 millions de passagers, ADP signe un record historique. Mais la croissance du trafic pour la France n’a été que de 0,8%. Ainsi le trafic aérien, qui croît normalement deux fois plus vite que le PIB, a connu une croissance modérée en 2012", a-t-il analysé.

Toutefois, Augustin de Romanet a vu des aspects positifs: ADP "bénéficie d’une croissance mondiale via", notamment, "les commerces et les magasins duty free", a-t-il relevé.

L'internationalisation pour créer des emplois

A l’avenir, la société compte "accroître sa dimension internationale". "Quelques semaines après mon arrivée [en novembre dernier, ndlr] , je me suis dit que la mission de cette entreprise c’est d’être le transmetteur de la force de la mondialisation à notre pays", a-t-il déclaré.

"Cela doit permettre d’accroître nos revenus, mais aussi de projeter nos ingénieurs, nos exploitants et créer des emplois pour nos compatriotes", a-t-il poursuivi.

L'enjeu turc

Cette ambition passe par le défi turc d’ADP. Dans ce pays, ADP gère le principal aéroport d’Istanbul via ses participations dans TAV airport et TAV construction, des entreprises turques dont elle a pris 38%, en mars 2012.

Cet aéroport "a connu une croissance de 20%" en 2012, a précisé Augustin de Romanet. Seulement, en même temps qu’ADP opérait cette acquisition, le gouvernement turc a décidé de lancer le projet d’un autre aéroport à Istanbul, afin de désengorger celui géré par ADP.

L’ex-numéro un de la Caisse des Dépôts a indiqué que ce futur aéroport représentera "150 millions de passagers, soit deux fois l’aéroport d’Atlanta, qui est le plus grand aéroport au monde".

Il assure ensuite que TAV airport "est bien placée pour être candidate pour exploiter cet aéroport, après l’avoir construit". Il s’agit ainsi pour l’entreprise d’un "enjeu lourd". Il ne dit toutefois pas l’argent qu’il est prêt à mettre sur la table pour obtenir cet aéroport, mais assure qu’il ne faudra pas "surpayer".

Julien Marion