BFM Business

"Aucun constructeur n'est prêt à se passer du diesel"

Patrick Blain était l'invité de BFM Business ce lundi 9 février

Patrick Blain était l'invité de BFM Business ce lundi 9 février - BFM Business

La mairie de Paris doit annoncer ce lundi 9 février la fin progressive de la circulation des véhicules diesel dans la capitale. Invité de BFM Business, Patrick Blain, le président du Comité des constructeurs français y voit une mesure "logique".

Jour J pour le plan antipollution d'Anne Hidalgo. La maire de Paris doit dévoiler ce lundi 9 février son programme pour améliorer la qualité de l'air.

L'une des mesures phares concerne la circulation des véhicules diesel qui seront progressivement interdit d'ici à 2020. Invité de BFM Business ce même jour, le président du comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), Patrick Blain,considère que ces idées sont "logiques".

"Il s'agit d'interdire en région parisienne les véhicules qui ont 17 ans d'âge puis 14 ans. C'est très progressif", a-t-il fait valoir, rappelant au passage que cette mesure est "assortie d'une mini-prime à la casse".

"Il n'y a que cela que l'on puisse faire"

La mairie de Paris prévoit, en effet, une enveloppe de 5 millions d'euros d'incitations fiscales pour convaincre les Parisiens d'investir dans un véhicule "propre". "C'est la seule façon de continuer à améliorer la qualité de l'air", a poursuivi Patrick Blain.

"Il n'y a que cela que l'on puisse faire, à condition de le faire très progressivement, ce qui est le cas puisque cela s'étale jusqu'en 2020 et qu'à condition qu'en 2020 il n'y ait pas de discrimination entre essence et diesel Euro 5 et Euro 6 (les nouvelles normes de européennes de motorisation diesel, plus sévères en termes d'émission de dioxyde de carbone).

"Ce qui est le cas et ce qui a été affirmé", a-t-il assuré. Car pour Patrick Blain il est hors de question de renoncer aux moteurs diesel. "Aucun constructeur n'est prêt à se passer du diesel qui est un carburant qui est extrêmement performant", a-t-il enchaîné.

"On confond complètement le carburant diesel et les technologies. Les propriétaires doivent petit à petit se passer des vieilles technologies mais les nouvelles technologies sont au même niveau d'émission que l'essence", a-t-il assuré. Cette "confusion mentale" va, selon lui, prendre fin ce lundi avec les annonces de la mairie de Paris qui "devrait sortir des amalgames".

Patrick Blain a même fait valoir "que dans la plupart des pays d'Europe et du monde, la part du diesel a tendance à augmenter. Pourquoi? Parce qu'il faut 15% d'émissions de dioxyde de carbone en moins", a-t-il expliqué. Et ces 15% d'émissions en moins signifient "15% de consommation en moins", a-t-il indiqué.

J.M. avec AFP