BFM Business

Après trois mois d'arrêt, Orly redémarre

Le premier vol a décollé ce vendredi matin marquant un retour progressif du trafic aérien qui s'est effondré pendant l'ouragan du Covid-19.

C'est un avion de la low-cost Transavia, filiale d'Air France, qui a marqué le retour dans le ciel des compagnies clientes de l'aéroport du sud de Paris. Avant son décollage à 6h25, l'appareil a été arrosé par les canons à eau des voitures des pompiers de l'aéroport lors d'une cérémonie dite de "water salute" avant de décoller - à destination de Porto.

Depuis le 1er avril, tous les vols commerciaux au départ de la capitale étaient regroupés à Paris-Charles de Gaulle (CDG), au nord de Paris, pour rationaliser les coûts de fonctionnement. 

Le redémarrage du trafic sera extrêmement lent, a déjà prévenu ADP. A l'image des prévisions de l'Association internationale du transport aérien (Iata), qui anticipe au niveau mondial la reprise d'abord sur les vols intérieurs, puis sur les vols continentaux et enfin sur les vols intercontinentaux, avec un trafic qui ne reviendra pas avant 2023 aux niveaux de 2019. 

70 vols au lieu de 600 aujourd'hui

Vendredi à Orly, un peu plus de 70 mouvements d'avions sont prévus -contre une moyenne de 600 en temps normal- assurés par 8 compagnies (Air Caraïbes, Air Corsica, Air France, Amelia, Corsair, French Bee, Transavia et Wizzair). 

Ces vols desserviront notamment la Corse, quelques pays de la zone Schengen et l'Outre-mer.

Environ 8.000 passagers sont attendus, soit moins de 10% du trafic habituel de 90.000 passagers en moyenne par jour sur cet aéroport.

Le nombre de mouvements devait grimper à 173 début juillet mais leur progression reste aléatoire, liée aux inconnues de l'ouverture ou non des frontières, notamment au Maghreb, et de l'évolution de la situation sanitaire. 

Réouverture partielle

La réouverture de l'aéroport sera donc partielle. Tous les vols seront dans un premier temps regroupés à Orly 3, le terminal flambant neuf ouvert il y a un peu plus d'un an. Puis rouvriront progressivement Orly 4, 1 et 2.

En mai, le trafic s'est écroulé de 97,8% à CDG, avec seulement 200.000 passagers accueillis.

Pour redonner confiance aux passagers, compagnies aériennes et aéroports ont mis en place des mesures sanitaires pour éviter la propagation du coronavirus. 

Plus de 7.000 affiches et autocollants pour marquer la distanciation physique ont été apposés à Orly, 150 distributeurs de gel et 137 plexiglas installés sur tous les comptoirs d'accueil, banques d'enregistrement et d'embarquement.

Redonner la confiance

Une caméra thermique prend la température des voyageurs à l'arrivée pour détecter d'éventuels cas de contamination par le coronavirus. Et un système de décontamination des bagages cabine par rayons ultra-violet au niveau des contrôles de sûreté est en test.

Presque toutes les boutiques d'Orly 3 seront ouvertes dès vendredi, avec quelques exceptions comme un magasin de bonbons en libre service. Les autres points de vente -125 au total à Orly- rouvriront au fur et à mesure de l'accroissement du trafic.

Des points d'encaissements mobiles seront déployés dans les magasins "duty free", les paniers en tissus ont été remplacés par des paniers métalliques pour pouvoir être désinfectés régulièrement, tout comme les testeurs à parfums.

Trafic mondial en chute de 94% en avril

Au niveau mondial, le trafic de passagers a atteint le fond en avril en plongeant de 94,3% (mesuré en kilomètres-passagers payants, ou RPK) par rapport à avril 2019, alors que les restrictions de voyages ont pratiquement interdit tout voyage aérien.

Selon l'Iata, la première semaine d’avril, les gouvernements dans 75% des marchés surveillés par l'organisation avaient complètement interdit l’entrée sur leur territoire, et 19% imposaient des restrictions limitées de voyage ou des exigences de quarantaine pour les arrivées internationales. 

Une timide reprise s'est amorcée en mai (+30% de trafic par rapport à avril mais une baisse de 73% par rapport au même mois en 2019), grâce au redémarrage en Asie, aux Etats-Unis, au Japon et en Allemagne, essentiellement sur leurs marchés intérieurs. 

OC avec AFP