BFM Business

Alstom refuse de revenir sur la rémunération de Patrick Kron

Patrick Kron était parti en janvier avec 6,5 millions d'euros

Patrick Kron était parti en janvier avec 6,5 millions d'euros - Bertrand Guay - AFP

Le constructeur ferroviaire a décidé de ne pas donner suite au vote de ses actionnaires qui s'était prononcé en juillet contre les émoluments de 6,5 millions d'euros du désormais ex-PDG du groupe.

Alstom enterre le dossier. Le constructeur ferroviaire a annoncé, ce mercredi 9 novembre, avoir "constaté" qu'il "n'y avait pas de suite à donner au vote négatif" de ses actionnaires sur la rémunération de l'ancien PDG du groupe Patrick Kron, parti en janvier avec plus de 6,5 millions d'euros.

Lors de leur assemblée générale le 5 juillet, 62% des actionnaires d'Alstom avaient rejeté la résolution définissant les éléments de rémunération de Patrick Kron.

L'ancien patron d'Alstom s'était vu attribuer 1 million d'euros brut de rémunération fixe, 1,16 million d'euros brut de rémunération variable, ainsi qu'une "rémunération brute variable exceptionnelle" de 4,45 millions d'euros liée à la cession fin 2015 de la branche énergie du groupe à l'américain General Electric.

Les actionnaires droit dans leurs bottes

"La société s'est enquise des raisons de ce vote négatif alors que les principes et les modes de calcul de ces éléments avaient été approuvés très largement" par ces mêmes actionnaires lors des assemblées générales de 2014 et 2015, a indiqué Alstom dans un communiqué.

Selon le groupe, l'État, qui détient 20% des droits de vote depuis février grâce à des actions prêtées par Bouygues, s'était opposée à la part "exceptionnelle", tandis qu'"un certain nombre d'actionnaires" avaient rejeté la part variable, jugeant que son calcul "avait été fait de manière trop discrétionnaire par le conseil d'administration".

Réunis mardi, les administrateurs d'Alstom ne se sont pas déjugés, rappelant que les règles de calcul de la part variable étaient "inchangées" depuis 2014 et que la part "exceptionnelle" avait été validée dès octobre 2014 par le Haut comité de gouvernement d'entreprise, une instance dépendant des organisations patronales Afep et Medef.

"L'ensemble des sommes a déjà été versé à Patrick Kron et le vote négatif de la résolution ne remet pas en cause la légalité des versements", conclut le groupe, qui ajoute n'avoir "plus d'engagement à l'égard de Patrick Kron depuis son départ de l'entreprise le 31 janvier 2016".

J.M. avec AFP