BFM Business

Air France: nouvelle passe d’armes à venir entre pilotes et direction

Le projet Transavia suscite toujours de vives inquiétudes du côté des pilotes.

Le projet Transavia suscite toujours de vives inquiétudes du côté des pilotes. - Stéphane de Sakutin - AFP

Le  SNPL a invité les autres syndicats d'Air France, ce mardi, en amont d’une réunion avec la direction où le projet low cost Transavia  doit être abordé. Et les pilotes craignent un passage en force.

Le climat semble loin d’être apaisé au sein d’Air France. Ce mardi 7 octobre, le syndicat majoritaire des pilotes, le SNPL, a en effet invité tous les syndicats de la compagnie juste avant une réunion de la direction centrée sur le développement de la low cost Transavia. Air France n'ayant pas fourni d'ordre du jour précis aux organisations conviées, les spéculations sur son objet vont bon train.

La compagnie aérienne Air France-KLM, numéro deux européen derrière l'allemand Lufthansa, souhaite renégocier depuis des mois un accord passé lors de la création de Transavia France en 2007 avec les pilotes. 

Son PDG, Alexandre de Juniac, avait d’ailleurs menacé de dénoncer cet accord au cours de la longue grève de septembre, ce qui avait attisé la détermination des pilotes.

Le SNPL pense que la direction a dans ses cartons un projet de "low cost bis", qui se fonderait "sur un nouvel accord, cette fois-ci intercatégoriel", selon son porte-parole, Guillaume Schmid.

Les pilotes craignent d'être mis en minorité

Or, si l'on confond toutes les catégories (personnel au sol, hôtesses et stewards, pilotes), "les pilotes ne pèsent que 6%", selon le syndicaliste.

Selon le premier syndicat de pilotes, Air France aurait d'ores et déjà enregistré au tribunal de commerce de Bobigny la nouvelle "Transavia Company", créée "dans l'opacité la plus totale". Et mardi, la direction commencera "peut-être à exposer la méthode alternative", craint-il.

Pour ne pas subir un tel scénario, le SNPL a donc convié avant la réunion de la direction toutes les organisations syndicales représentatives, celles qui l'ont soutenu (CGT, UNSA, FO) et celles qui l'ont critiqué (CFE-CGC, CFDT) pendant la grève. Il s'agira d'"évoquer l'avenir d'Air France et les menaces identifiées".

La grève record des pilotes d'Air France, qui s'opposaient aux conditions de développement de Transavia, s'était terminée le 28 septembre sans qu'un accord ait été trouvé avec la direction.

Y.D. avec AFP