BFM Business

Air France: la nouvelle patronne va rapidement rencontrer les syndicats

Anne-Marie Couderc et son prédécesseur, Jean-Marc Janaillac.

Anne-Marie Couderc et son prédécesseur, Jean-Marc Janaillac. - Eric Piermont / AFP

Dans une lettre, Anne-Marie Couderc a proposé aux syndicats, mobilisés dans une conflit depuis fin février, de les recevoir dans les "prochains jours".

La présidente par intérim d'Air France-KLM, Anne-Marie Couderc, a proposé de recevoir "dans les jours qui viennent" les représentants de l'intersyndicale qui a mené un long conflit sur les salaires, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Dix syndicats de tous métiers, à l'origine de 15 journées de grève entre fin février et début mai, avaient fait cette demande le 18 mai dans une lettre ouverte, réclamant "des mots et des actes susceptibles de purger le malaise profond qui perdure".

Retrouver "au plus vite une dynamique constructive"

"Outre la mission qui m'a été confiée de proposer dans les meilleurs délais au conseil d'administration une gouvernance définitive pour le groupe, je souhaite comme vous qu'Air France retrouve au plus vite une dynamique constructive dans l'intérêt de ses salariés mais aussi de ses clients", a écrit Anne-Marie Couderc aux syndicats représentatifs et non représentatifs d'Air France, dans une lettre du 22 mai consultée mercredi par l'AFP.

"Je vous propose donc de rencontrer dans les jours qui viennent chacune de vos organisations représentatives pour une rencontre bilatérale, ce qui me paraît le plus approprié", suggère la présidente non-exécutive d'Air France-KLM, nommée après la démission de Jean-Marc Janaillac.

"Ces rencontres seront organisées dans les jours à venir"

Sollicitée par l'AFP, la direction de la compagnie aérienne a "confirmé" que "ces rencontres seront organisées dans les jours à venir".

Jean-Marc Janaillac a quitté la tête du groupe franco-néerlandais après le rejet, par une majorité du personnel d'Air France, d'un projet d'accord salarial mis sur la table pour sortir d'une grève démarrée le 22 février. L'intersyndicale réclame une augmentation générale de 5,1% dès cette année.

J.-C.C. avec AFP