BFM Business

Air France: des manifestants dans la salle des négociations salariales

Le climat social est tendu à Air France (image d'illustration)

Le climat social est tendu à Air France (image d'illustration) - Thomas Samson - AFP

Plusieurs dizaines de manifestants se sont introduits dans la salle où la première séance de ces négociations avaient lieu. Elles ont été brièvement suspendues.

Dire que le climat social est tendu chez Air France est un euphémisme. Ce mardi 7 mars, la première séance de négociation annuelle sur les salaires à Air France a été interrompue pendant une heure mardi à la mi-journée après que la salle a été envahi par 30 à 40 manifestants, a-t-on appris de sources syndicales.

Différents syndicalistes ont évoqué auprès de l'AFP une "tension forte" devant les portes de la salle, mais "pas de bousculade" selon la CGT qui indique que des manifestants se sont "exprimés directement devant la direction".

Mise sous pression

"On met la pression pour qu'ils prennent la mesure de la colère des salariés", privés d'augmentation générale depuis 2012, a expliqué Sophie Gorins, du SNPNC. Selon les sources syndicales, entre 300 et 400 manifestants ont pénétré à l'intérieur du siège d'Air France, une estimation que l'AFP n'a pas pu vérifier, l'accès au bâtiment lui ayant été refusé.

Un appel à la grève a été déposé mardi par plusieurs syndicats au sol (CGT, FO, Unsa, Sud-Aérien) et par Alter, syndicat non représentatif chez les pilotes, en vue de "peser" sur les négociations salariales, qui doivent se poursuivre vendredi.

Les négociations salariales se sont ouvertes dans un contexte troublé par le cafouillage lié à la rémunération du comité exécutif. La direction a d'abord évoqué une hausse de 67% puis 41% en 2016, avant de revoir le montant à 17,6%.

J.M. avec AFP