BFM Business

Air France: 2.900 postes menacés

Une nouvelle grève pourrait avoir lieu ce 5 octobre.

Une nouvelle grève pourrait avoir lieu ce 5 octobre. - Loic Venance - AFP

Ce lundi 5 octobre, le plan de restructuration est annoncé. Les syndicats affirment que la direction compte bien supprimer 2.900 postes.

La journée risque d'être tendue à Air France. Les agents sont appelés à faire grève contre le plan de restructuration menaçant à court terme 3.000 emplois, qui est annoncé dans la matinée lors d'un comité central d'entreprise.

Des sources syndicales ont d'ores et déjà annoncé qu'Air France compte bien supprimer 2.900 postes d'ici 2017 c'est-à-dire 1.700 emplois au sol, 900 chez les hôtesses et stewards et 300 chez les pilotes. Air France compte supprimer 14 avions de sa flotte long-courrier (5 en 2016 et 9 en 2017). la compagnie va également annuler sa commande de Boeing 787.

A 10h30, le CCE a été interrompu. Plusieurs centaines de salariés ont envahi lundi le siège d'Air France. Selon une journaliste de l'AFP, les manifestants, au nombre de "plusieurs centaines", sont entrés aux cris de "De Juniac démission" et "On est chez nous". Deux représentants au CCE ont indiqué que le PDG d'Air France Frédéric Gagey était sorti précipitamment, et l'un deux précise que le CCE reprendra à 14H30.

"Il faut que tout le monde fasse un effort"

"Il y a un plan et j'en appelle à tout le monde, en particulier les pilotes. Il faut que tout le monde fasse un effort, dans les discussions et les négociations", a expliquait ce lundi matin Stéphane Le Foll sur France Inter. "Ou on laisse cette entreprise disparaître ou on se met autour d'une table pour trouver une solution", a-t-il prévenu, réclamant le retour du dialogue pour préserver une compagnie "qui est une image de la France".

Trois syndicats (CGT, FO et Unsa) au niveau national, et la CFDT, dans le Sud, ont appelé à la mobilisation, mais le taux de grévistes demeure inconnu, certains agents optant pour quelques heures de grève, d'autres pour la journée, a expliqué samedi la compagnie.

Air France a estimé que "l'ensemble de ses vols serait assuré", sans exclure "quelques retards", notamment à l'enregistrement.

"Une parodie de négociation"

Vendredi, la direction avait déjà esquissé en conseil d'administration les grandes lignes de ce projet, amené à remplacer l'initial "Perform 2020", après "l'échec des négociations" avec les pilotes sur de nouvelles mesures de productivité. "Perform 2020" prévoyait notamment de demander au personnel navigant de voler une centaine d'heures de plus par an, à rémunération constante, un plan unanimement rejeté par les syndicats. Les dirigeants d'Air France n'ont "jamais eu deux plans" et ont organisé "une parodie de négociation", s'est défendu le président du Syndicat National des Pilotes de Ligne (SNPL) d'Air France, Philippe Evain, dont le syndicat a été désigné comme coresponsable de la situation par la CFE-CGC et la CFDT.

Si les réductions de coûts grâce au précédent plan "Transform" devraient lui permettre de renouer avec les bénéfices en 2015, la compagnie tricolore reste prise en tenaille entre la concurrence des compagnies à bas coûts ("low cost") en Europe et celle des compagnies du Golfe sur le long-courrier. Avec ce "plan B", elle espère retrouver des marges d'investissements.

D. L. avec AFP