BFM Business

Air France: 1.000 emplois supprimés en 2016

Donnant jusqu'à janvier aux syndicats pour boucler les négociations et ainsi éviter un "plan B" redouté par tous, la compagnie a prévenu que le chiffre de 2.900 suppressions d'emplois pourrait être dépassé. Et a confirmé que 1.000 poste seraient supprimés dès 2016.

Alors que la journée s'annonce cruciale du côté d'Air France, la direction de la compagnie donne le ton. Elle n'a ainsi fourni aux représentants du personnel aucune assurance sur le fait que les 2.900 suppressions de postes prévues d'ici 2017 constituaient un nombre maximal, selon des sources syndicales.

La direction de la compagnie aérienne en difficulté a fixé à début janvier le délai pour boucler les négociations permettant d'éviter la mise en oeuvre totale du "plan B", qui prévoit aussi le retrait de 14 avions de la flotte long-courrier en deux ans, ont-elles ajouté.

Par ailleurs, le CCE a voté à l'unanimité le droit d'alerte ce qui va permettre de saisir la direction sur certains points de sa gestion.

La direction et les syndicats d'Air France sont réunis depuis 9h à Paris dans le cadre d'un nouveau comité central d'entreprise, deux semaines après une réunion émaillée de violences le 5 octobre.

Le plan B est "une impasse économique"

Dans le même temps, l'intersyndicale a appelé les personnels de la compagnie aérienne à manifester à 13h devant l'Assemblée nationale. "Aujourd'hui, au CCE, la CFDT va déposer un droit d'alerte pour dire que le plan qui est proposé par la direction, le plan B, est une impasse économique et donc une impasse sociale", a déclaré le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, sur RTL.

"J'espère qu'aujourd'hui la direction va comprendre qu'il est hors de question d'aller vers des suppressions de lignes à Air France, des suppressions d'avions parce que ce serait le début de la faiblesse d'Air France", a-t-il ajouté.

Aux yeux du leader de la CFDT, les pilotes constituent le point névralgique des discussions et doivent fournir "leur part d'effort pour sortir de la situation dans laquelle on est", les personnels au sol ayant eux déjà "fait ces efforts".

1.000 postes supprimés en 2016

De son côté, Frédéric Gagey, le PDG d'Air France refuse d'y voir une forme d'ultimatum. "Je vois plutôt ça comme un dialogue où l'on parle de la situation de l'entreprise, de ce qu'elle a déjà réalisé. (...) La dynamique doit être basée sur la cohésion (personnel navigant commerciaux, au sol)", a-t-il indiqué au micro de BFMTV. "Il y a des différences en matière d'impact sur l'emploi entre le plan Perform 2020 et le plan B", a-t-il toutefois concédé.

Le dirigeant a également confirmé que "les seuls départs que nous envisageons pour 2016 sont des départs volontaires, concernant 1.000 postes. Aucun chiffre n'est confirmé pour les autres années".

Y.D. avec Reuters