BFM Business

Toshiba émet des réserves sur l'offre de rachat de CVC

Toshiba dit ne pas désespérer de trouver un acheteur pour Westinghouse.

Toshiba dit ne pas désespérer de trouver un acheteur pour Westinghouse. - Yoshikazu Tsuno - AFP

La proposition de CVC Capital Partners de racheter Toshiba n'est pas encore mûre, a estimé vendredi un haut responsable du conglomérat industriel japonais.

Ce n'est pas un refus mais les réserves sont nombreuses. La proposition de CVC Capital Partners de racheter Toshiba n'est pas encore mûre, a estimé vendredi un haut responsable du conglomérat industriel japonais, notamment parce que la société britannique compte rallier d'autres investisseurs à son projet.

"Il est mentionné dans la proposition de CVC que la société chercherait un soutien financier auprès de certains co-investisseurs et institutions financières" pour mener la transaction, a déclaré dans un communiqué un membre du conseil d'administration de Toshiba, Osamu Nagayama.

"Nous nous attendons à ce qu'un tel montage financier nécessite beaucoup de temps et rende complexe l'examen" du projet, a-t-il prévenu.

Présent dans le nucléaire

Selon l'agence Bloomberg, CVC chercherait notamment à embarquer des co-investisseurs japonais dans son projet, dans l'espoir d'amadouer les autorités réglementaires et le gouvernement japonais, pas forcément réjoui à la perspective de voir un ancien fleuron technologique national tomber dans l'escarcelle d'une société étrangère.

Par ailleurs, la proposition de CVC sera "conditionnée" au feu vert de diverses autorités réglementaires, a-t-il encore souligné.

Toshiba est en effet présent entre autres dans le domaine nucléaire, ce qui rend le groupe particulièrement stratégique pour le Japon. Le pays a en outre durci depuis l'an dernier sa législation sur les investissements étrangers.

Le conseil d'administration de Toshiba étudiera "soigneusement" l'offre de CVC quand celle-ci sera "davantage clarifiée", a conclu Osamu Nagayama.

Toshiba avait confirmé mercredi avoir reçu une proposition préliminaire "non sollicitée" de rachat de la part de CVC, sans divulguer les termes de celle-ci ni donner son opinion sur le projet. CVC est jusqu'à présent muet sur le dossier.

Selon le quotidien économique Nikkei, CVC proposerait 5.000 yens par action, soit une prime de 30% par rapport au cours de clôture de Toshiba mardi à la Bourse de Tokyo. Cela valoriserait le groupe environ 21 milliards de dollars (17,7 milliards d'euros).

OC avec AFP