BFM Business

Suez rejette la main tendue de Veolia et considère que l'offre de rachat "reste hostile"

Le siège du groupe Suez à La Defense près de Paris le 7 septembre 2020.

Le siège du groupe Suez à La Defense près de Paris le 7 septembre 2020. - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Dans une lettre adressée au PDG de Veolia, le président du conseil d'administration de Suez, Philippe Varin, juge que le communiqué de son concurrent paru plus tôt ce dimanche, est "trompeur" et que son offre de rachat "reste hostile".

Le groupe Suez a dénoncé ce dimanche un communiqué "trompeur" de son rival Veolia, qui cherche à le racheter, jugeant que l'offre de ce dernier "reste hostile".

"Les propositions que tu nous as faites ne reprennent pas l'objectif de logique industrielle", écrit Philippe Varin, le président du conseil d'administration de Suez, dans une lettre adressée au PDG de Veolia et transmise par le groupe à la presse.

"Dans ce contexte, (...) nous considérons avec le conseil d'administration de Suez réuni ce jour que l'opération proposée, notamment la première étape d'achat du bloc de 29,9% des actions de Suez par Engie, reste hostile", ajoute-t-il.

Une "intox" pour les syndicats

Plus tôt ce dimanche, Veolia a annoncé qu'il s'engageait "inconditionnellement" à ne pas déposer d'offre publique d'achat (OPA) hostile sur Suez, accédant ainsi à la principale condition posée par le grand actionnaire Engie pour lui céder ses parts. "Toute offre publique d'achat sur le solde du capital de Suez nécessitera donc un accueil favorable préalable du conseil d'administration de Suez", affirmait Veolia dans un communiqué.

Le groupe disait ainsi apporter "la garantie souhaitée par le conseil d'administration d'Engie, en complément du prix proposé et des engagements sociaux forts pris par le groupe, rendant ainsi possible la cession des 29,9% du capital qu'Engie détient dans Suez".

Une offre rejetée par Suez donc, ainsi que par les syndicats. Sur Twitter, la CFDT Suez a qualifié les engagements de Veolia de "grosse intox".

L'offre de Veolia "expire d'ici demain soir et le conseil d'administration d'Engie, qui se tient demain, va devoir y apporter une réponse d'ici là", a pour sa part déclaré une porte-parole d'Engie.

P.L. avec AFP