BFM Business

Zuckerberg prend 2 mois de congé parental: ses salariés ont droit au double

Mark et Chan Zuckerberg viennent d'avoir une seconde petite fille. Pour s'adapter à sa nouvelle vie, le patron de Facebook s'accorde deux mois de repose, deux fois moins que ses salariés.

Mark et Chan Zuckerberg viennent d'avoir une seconde petite fille. Pour s'adapter à sa nouvelle vie, le patron de Facebook s'accorde deux mois de repose, deux fois moins que ses salariés. - Famille Zuckerberg - AFP

Pour la naissance de son deuxième enfant, Mark Zuckerberg prendra une nouvelle fois deux mois de repos. Un privilège de patron? Pas du tout. Depuis 2016, les salariés de Facebook ont droit à 4 mois de congé parental.

La famille Zuckerberg vient de s’agrandir avec un second enfant que les parents, Mark et Chan, vont prendre le temps de couver. Pour August, le prénom de la petite fille, le fondateur de Facebook a annoncé qu’il prendrait deux mois de congé parental. Quatre semaines tout de suite, et quatre autres en décembre pour passer les fêtes de fin d’année en famille.

Cela peut ressembler à un privilège que s’octroie le patron milliardaire, mais les salariés du groupe californien ne sont pas lésés, bien au contraire. Si le patron prend deux mois pour une naissance, ses équipes ont le droit à quatre mois de congé parental. Et pas seulement aux États-Unis, mais pour l’ensemble des équipes, où qu’elles soient dans le monde. Ce congé peut être pris quand le nouveau parent le désire, durant l'année qui suit la naissance de l'enfant.

Un cadeau aux "nouveaux parents, y compris ceux de même sexe"

Cet avantage pour les salariés a été mis en place en 2015 par le fondateur lors de la naissance de son premier enfant, une petite fille prénommée Maxima. Il est entré en application dès le 1er janvier 2016. Dans un message publié sur Facebook, Lori Matloff Goler, directrice des ressources humaines du groupe californien, expliquait à l’époque que "ce changement [était] le meilleur choix à faire pour nos collaborateurs et leurs familles. […] Il concerne les nouveaux parents, y compris ceux de même sexe".

On est loin de Marissa Mayer, ex-patronne de Yahoo, qui pour la naissance de son premier enfant en 2012 s’est arrêtée deux petites semaines. Elle indiquait au magazine Fortune qu’elle désirait "rester dans le rythme" en précisant même qu’elle "continuerait à travailler" pendant cette période. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce côté "working girl" n’a pas été du goût de tous.

Dans un article de Fortune relevé à l'époque par Slate, Kathleen Gerson, professeure de sociologie à la New York University, estimait que le choix de Marissa Mayer suggérait qu’il était "illégitime pour les femmes, et de facto pour les hommes aussi, de prendre une pause à des moments importants de la vie. C'est un message passéiste". En prenant deux mois de congé et en offrant quatre mois à ses salariés, Mark Zuckerberg incarne une forme de modernité sociale.

Pascal Samama