BFM Business

Zoé, Twizy... à quoi pourrait ressembler l'offre de Renault pour remplacer Autolib'?

Renault et la Mairie de Paris doivent annoncer ce mercredi la mise en place prochaine dans la capitale d'une offre d'autopartage opérée par le constructeur.

Renault et la Mairie de Paris doivent annoncer ce mercredi la mise en place prochaine dans la capitale d'une offre d'autopartage opérée par le constructeur. - Zity - Renault

La marque au losange sera vraisemblablement le premier constructeur à prendre la succession d’Autolib'. Ce service de ‘free floating’ doit largement s’inspirer de Zity, un dispositif de voitures électriques en libre-service mis en place à Madrid.

Bientôt des Renault Zoé à la place des Autolib'? Ce mercredi 4 juillet, Thierry Bolloré, directeur général adjoint de Renault, et Anne Hidalgo doivent annoncer la mise en place d’un service d’autopartage opéré par Renault dans Paris, afin de prendre le relais d’Autolib’.

A la place de Bolloré et d'Autolib'

Le service d’autopartage mis en place avec Bolloré depuis 2011 doit en effet s’arrêter le 31 juillet. Si d'autres constructeurs ont aussi rencontré la Mairie de Paris, Renault est donc le premier à s’installer dans la capitale. Début juin, suite à une rencontre entre la municipalité et les représentants des constructeurs, un porte-parole de la mairie évoquait la volonté de mettre en place "un nouveau modèle d’auto-partage". Ce nouveau modèle doit en fait largement s’inspirer du système que Renault développe déjà à Madrid, via sa filiale dédiée aux nouvelles mobilités, Renault Mobility.

Une recharge tous les 3 à 4 jours

Depuis décembre 2017, Renault et l’opérateur local Ferrovial gèrent Zity, un système de ‘free floating’ avec une flotte de 500 Zoé, la citadine électrique de Renault. Ce service permet de réserver une voiture, via une application, après avoir renseigné photo et permis de conduire. La voiture s’ouvre grâce au smartphone de l’utilisateur, qui peut ensuite laisser la voiture n’importe où dans Madrid intra-muros, sans forcément la brancher sur une borne.

Il n’y existe en effet pas de système de places attribuées, comme Autolib’ à Paris. Tous les 3 à 4 jours, chaque voiture est récupérée par le personnel de Zity, pour la ramener à un centre d’entretien. Elle y est nettoyée, mais aussi et surtout rechargée.

"Avec son autonomie, cette reprise tous les 3 à 4 jours suffit, précise un porte-parole de Renault. Cela n’ampute pas non plus le nombre de voitures en circulation, elles sont prélevées par petit nombre".

Les Zoé utilisées sont des versions équipées de la batterie 41kWh, ce qui autorise une autonomie réelle de 300 kilomètres, quand la batterie est chargée à 100%. En moyenne, depuis le début de l'année, chaque voiture réalise environ sept trajets par jour.

Totem, l'offre marseillaise en Twizy

La zone d’utilisation est pour l’instant restreinte à la capitale et certaines communes aux alentours, Madrid ne dispose en effet que de peu de bornes de recharge.

Renault Mobility est aussi présent en France, notamment à Chartres ou Châteauroux, via des offres de location d’utilitaires. Mais l’une des offres les plus intéressantes à laquelle participe le constructeur se nomme 'Totem'. Renault soutient cette start-up qui opère à Marseille, via la Fondation Renault.

170 petits quadricycles biplaces Twizy sont disponibles en free floating dans la cité phocéenne à des tarifs très intéressants (1 euro les 15 minutes), grâce à la vente d’espaces publicitaires sur les voitures. Totem travaille aussi avec les commerçants, afin de les inciter à installer des prises de recharge devant leurs commerces. La start-up propose également une autre gestion de sa flotte. Une équipe passe en effet régulièrement nettoyer et recharger les véhicules dans toute la ville.

Pauline Ducamp