BFM Business

Webedia, le pôle internet de Fimalac, est-il vraiment une licorne?

Cédric Siré, François Hollande, Axelle Lemaire, Marc Ladreit de la Charrière et Guillaume Multrier chez Webedia en mars 2015

Cédric Siré, François Hollande, Axelle Lemaire, Marc Ladreit de la Charrière et Guillaume Multrier chez Webedia en mars 2015 - AFP Philippe Wojazer

Webedia prétend que sa valorisation dépasse un milliard d'euros. Mais, au printemps, un expert indépendant l'avait valorisée entre 475 et 663 millions d'euros seulement.

Le nom de Webedia ne vous dit probablement rien. Cette société constitue le pôle internet du groupe Fimalac. Elle détient les sites Allociné, jeuxvideo.com, 750 grammes, Pure People, Ozap, Easy Voyage, Overblog... En audience, c'est le 7ème groupe internet français, avec 18,5 millions de visiteurs uniques en septembre, selon Médiamétrie.

Cet ensemble a été bâti à coup d'acquisitions qui ont englouti 300 millions d'euros. Mais combien vaut-il aujourd'hui? A en croire ses dirigeants, il vaudrait plus d'un milliard d'euros, ce qui lui permettrait de faire partie du cercle très fermé des licornes. "Webedia est une licorne", assure Marc Ladreit de Lacharrière, PDG et principal actionnaire de Fimalac, dans les Echos du lundi 21 novembre. "Lorsque les derniers fonds présents au capital ont vendu leur participation en 2015, c'était sur la base d'une valorisation de 750 millions d'euros. Avec notre croissance aujourd'hui, nous sommes largement au-dessus", ajoute Véronique Morali, présidente du directoire de Webedia.

Valorisation en baisse

En réalité, la valorisation de Webedia semble inférieure, si l'on se base sur celle retenue lors des deux dernières augmentations de capital.

En février 2016, Webedia est ainsi valorisé (sur la base d'une estimation effectuée en novembre 2015) à 693 millions d'euros (dette incluse), soit 440 euros par action. Pire: cette valeur est même en baisse de 8% par rapport à celle de l'augmentation de capital précédente, effectuée mi-2014, où l'action valait 475 euros. La direction a expliqué cette baisse par "le retard d'excédent brut d'exploitation constaté en 2014 et 2015 par rapport au plan d'affaires ambitieux d'août 2014, retard en grande partie lié aux difficultés rencontrées sur jeuxvideo.com".

"Plan d'affaires volontariste"

Pareillement, en avril 2016, une expertise commandée par Fimalac à Finexsi, un cabinet indépendant, a valorisé Webedia entre 475 et 663 millions d'euros seulement (dette incluse). Et encore, cette expertise s'est basée sur le plan d'affaires élaboré par Webedia. Ce plan prévoit notamment une croissance du chiffre d'affaires de +26% en 2016, puis +19% en 2017. Et une marge brute d'exploitation (Ebitda) de 20,9% en 2016, puis de 22,4% en 2017. "Ce plan d’affaires nous apparaît volontariste. Il convient donc d’apprécier avec prudence les prévisions de Webedia, étant en outre rappelé le caractère évolutif du modèle économique de la société", indique l'expert dans son rapport.

Au passage, l'expert relève que Webedia effectue ses rachats à des prix supérieurs à ceux du marché: "ces acquisitions correspondent à une politique de développement volontariste, qui implique que les prix intègrent une prime significative". Par exemple, AlloCiné a été racheté 14,8 fois son excédent brut d'exploitation (Ebitda); Jeuxvideo.com 13,8 fois; et Talent Web (la régie des youtubers Norman, Cyprien et Squeezie) plus de 17 fois. Soit plus que le ratio moyen des rachats effectués dans le secteur depuis 2010, qui s'élève à 12,2 fois.

Départ du co-fondateur

Toutefois, les prix payés par Webedia tiennent compte des earn out, ces compléments de prix versés après le rachat aux vendeurs si la rentabilité est bien au rendez-vous. Au total, ces engagements représentent 149 millions d'euros à fin 2015. Une bonne part (57 millions d'euros) correspond au complément de prix versé aux actionnaires initiaux de Webedia, à commercer par ses deux fondateurs Cédric Siré et Guillaume Multrier. Le premier est toujours dans l'entreprise. Mais le second est parti fin 2015 et a recréé immédiatement après un groupe spécialisé dans l'hôtellerie avec le chef Alain Ducasse. Interrogé, le porte-parole de Webedia n'a pas souhaité indiquer s'il avait touché son complément de prix...

Hasard ou coïncidence, la rentabilité de Webedia a chuté juste après ce départ. Au 1er semestre 2016, la marge brute d'exploitation (Ebitda) est tombée à 5%, et le résultat opérationnel est devenu déficitaire...

Malgré cela, le patron de Fimalac reste optimiste, et assure: "Webedia est une licorne rentable. Nous avons un objectif de marge brute d'exploitation (Ebitda) de 20 % pour Webedia. Nous n'en sommes aujourd'hui pas très loin..."

Les rachats de Webedia

2013
Terra Femina* (100% pour 10,9 millions d'euros) Allociné* (100% pour 68,3 millions d'euros) Confidentielles/750 grammes (61,5% pour 6 millions d'euros) Exponaute (100% pour 0,3 millions d'euros)

2014
Melberries (60% pour 1,4 millions d'euros) Diwanee (Liban; 55,5% pour 12,2 millions d'euros) Overblog (100% pour 3,3 millions d'euros) Jeuxvidéo.com (100% pour 92,6 millions d'euros) MoviePilot** (Allemagne; 14,9 millions d'euros) Ringmedia (100% pour 1 euro)

2015
Mixicom (100% pour 75 millions d'euros) Tradelab (40,8% pour 18,6 millions d'euros) Scimob (65,4% pour 10,7 millions d'euros) West world media (Etats-Unis; 100% pour 55,6 millions d'euros) Easy Voyage (67%)

2016
ViaEuropa / ViaFrance (99,5% pour 11,1 millions d'euros)

source: comptes de Fimalac et de Webedia
*acheté par Fimalac puis apporté à Webedia **acheté via Allociné

La valorisation de Webedia (à 100%, en millions d'euros, dette incluse)

Par la société:

Augmentation de capital de l'hiver 2015-2016: 693 millions

Transactions (achats) comparables: 337 à 611 millions

Comparables boursiers: 541 à 709 millions

Actualisation des flux de trésorerie futurs (DCF): 541 à 687 millions

Par l'expert indépendant Finexsi:

Transactions (achats) comparables: 594 millions

Comparables boursiers: 475 à 507 millions

Actualisation des flux de trésorerie futurs (DCF): 578 à 663 millions

Les résultats de Webedia (en millions d'euros)

Chiffre d'affaires
2013 : 21,4 millions 2014 : 62,3 millions (pro forma: 66 millions) 2015: 134,6 millions 2016: 210,1 millions

Excédent brut d'exploitation (Ebitda) et marge en %
2013: -0,7 millions 2014: +11,5 millions soit 18,5% (pro forma: +13,5 millions) 2015: +14,3 millions soit 10,6% 2016: +17 millions soit 8,1%

Résultat opérationnel courant
2013 : -2,4 millions 2014 : +8 millions 2015: +7,2 millions 2016: -16,6 millions

sources: Webedia, Fimalac
NB: le pro forma est calculé comme si les acquisitions avaient eu lieu en début d'exercice

Jamal Henni