BFM Business

VirnetX, la petite entreprise qui fait peur aux géants du high tech

L'application FaceTime, qui permet de communiquer en visioconférence, a été créée par VirnetX

L'application FaceTime, qui permet de communiquer en visioconférence, a été créée par VirnetX - -

VirnetX est une "patent trolls", une entreprise qui gagne de l’argent en attaquant les autres sur la propriété intellectuelle. Après Microsoft et Siemens, c’est au tour d’Apple de subir ses assauts.

La guerre des brevets n'en finit pas dans le secteur des technologies. Apple vient d'être condamné à payer 368 millions de dollars à une entreprise américaine complétement inconnue du public : VirnetX. Elle accusait le groupe de Tim Cook d'avoir violé certains de ses brevets.

On ne peut pas gagner à tous les coups. Après avoir remporté son méga procès contre Samsung, pour plus d'un milliard de dollars, cette fois Apple va devoir sortir de sa poche plusieurs centaines de millions. Au cœur de la polémique, FaceTime, cette application présente sur l'iPhone, l'iPad et les macs, qui permet à deux possesseurs de produits Apple de communiquer en visioconférence.

VirnetX a forcé Microsoft à payer 200 millions de dollars

Un service qui utiliserait un certain nombre de technologies développées par les ingénieurs de VirnetX. Cette société cotée, basée dans le Nevada, se présente comme une entreprise de logiciels, spécialisée dans les technologies de sécurisation des communications.

Mais c'est surtout un grand spécialiste des procédures judiciaires. Les Américains ont un nom pour ça, les "patent trolls", les "trolls de brevets", des entreprises qui gagnent de l'argent principalement en attaquant d'autres entreprises pour des histoires de propriété intellectuelle.

En plus d'Apple, le groupe est en procès contre Cisco et Siemens. Et il y a deux ans il a déjà forcé Microsoft à payer 200 millions de dollars.

Anthony Morel