BFM Business

Transformers, ce n’est plus seulement un film, c’est une réalité

"J-deite RIDE" est un robot de 3,5 mètres de hauteur  et 700 kg qui se transforme en véhicule en quelques minutes.

"J-deite RIDE" est un robot de 3,5 mètres de hauteur et 700 kg qui se transforme en véhicule en quelques minutes. - Yoshizaku Tsuno - AFP

Deux entreprises japonaises ont montré le prototype d’un robot gigantesque qui se transforme en voiture pour filer sur les terrains dangereux. Ce projet sera opérationnel dès 2017.

Les robots comme ceux que l’on voit dans les films de science fiction entrent dans la réalité plus vite qu’on ne l’imaginait. Alors que se déroulait la semaine dernière le Darpa Robotics Challenge, un concours international de robotique organisé par l’agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense, deux entreprises japonaises, Brave Robotics et Asratec, une filiale du géant des télécoms SoftBank, ont dévoilé un projet spectaculaire inspiré du film Transformer. 

Il s’agit de "J-deite RIDE", un robot de 3,5 mètres de hauteur et pesant 700kg qui, comme dans le film Transformer, se transforme en véhicule en quelques minutes. 

C’est une version miniaturisée qui a été présentée au public. Et, bientôt, comme l’assurent les concepteurs, "il ne lui faudra que 10 secondes pour passer du statut d'humanoïde à celui d'automobile". Ce projet devrait être opérationnel en 2017.

En attendant, l’humanoïde présente des performances de mobilité plutôt intéressantes. En version humanoide, il se déplace à 10 km/h, mais, en passant en mode "véhicule", il atteint les 60 km/h. 

Son cockpit permet de transporter deux pilotes qui pourront commander l’appareil de l’intérieur, ou de l’extérieur grâce à une télécommande. 

"J-deite RIDE" aurait-il remporté le concours de la Darpa ? Possible, mais la compétition était rude. Les compétiteurs devaient faire traverser à leur créature un parcours d’obstacles le plus vite possible.

Au final, c’est le robot coréen DRC-Hubo qui sort vainqueur et qui a permis à ses concepteurs d’empocher une récompense de 2 millions de dollars. Running Man (ATLAS) des américains d'IHMC Robotics est arrivé second et le robot chimpanzé de l’université de Carnegie Mellon a pris la troisième place.

Ce concours a été lancé dès après la catastrophe de Fukushima en 2011 pour inciter la recherche à mettre au point des systèmes capable d’intervenir dans les zones trop dangereuses pour l’homme.

Pascal Samama