BFM Business

La pépite française du robot passe à 95% sous contrôle japonais

Bruno Maisonnier cède à Softbank les 15 % qui lui restaient dans Aldebaran et quitte son poste de PDG pour devenir le conseiller spécial du PDG de la firme japonaise.

Bruno Maisonnier cède à Softbank les 15 % qui lui restaient dans Aldebaran et quitte son poste de PDG pour devenir le conseiller spécial du PDG de la firme japonaise. - AFP Eric Piermont

Softbank prend le contrôle quasi intégral d'Aldebaran et de ses robots humanoïdes "de service". Son emblématique PDG, Bruno Maisonnier, quitte son poste. Une page se tourne pour la star française de la robotique.

Le groupe de télécommunications japonais SoftBank porte de 80 % à 95% sa participation au capital d'Aldebaran. Son fondateur et PDG, Bruno Maisonnier, a cédé ses 15 % de part qu'il détenait encore et quitte l'entreprise française, spécialisée dans les robots humanoïdes "de service". Ces changements seront effectifs le 4 mars prochain.

Selon la firme nippone du milliardaire Masayoshi Son, c'est à sa demande que Bruno Maisonnier s'en va, laissant ses actions et ses fonctions aux hommes de SoftBank, géant des télécoms qui avait investi dans cette prometteuse firme hexagonale dès 2012.

Fumihide Tomizawa, actuel PDG de SoftBank Robotics va prendre les commandes d'Aldebaran. Bruno Maisonnier conserve des fonctions de conseiller spécial auprès de Softbank Robotics et de Masayoshi Son.

Aldebaran Robotics a conçu avec l'aide de SoftBank le robot Pepper, après avoir créé seule Nao, un robot à vocation domestique qui a séduit plusieurs centres de recherche et entreprises au Japon et dans des dizaines d'autres pays. Pepper a notamment été choisi par Nescafé au Japon pour ses points de vente. La firme française a aussi donné naissance à un troisième robot appelé Romeo destiné à approfondir les recherches sur l'assistance aux personnes âgées ou en perte d'autonomie.

Pepper va être lancé au Japon

"Après le succès du lancement de Pepper, notre projet commun principal, je vends mes parts pour permettre à Aldebaran d'aller plus loin encore avec SoftBank et pour me permettre de me dégager de l'opérationnel en prenant de la hauteur. J'ai besoin de temps pour y réfléchir, j'ai des livres à écrire et des gens à rencontrer à travers le monde", a justifié Bruno Maisonnier.

Fondée en 2005, cette entreprise, jugée exemplaire parmi les nouvelles pousses françaises, emploie 450 personnes. Son siège est en France, mais elle possède aussi des bureaux en Chine, au Japon et aux Etats-Unis.

Ce changement intervient alors que le groupe japonais va commercialiser cette semaine au Japon pour les développeurs les 300 premiers exemplaires du robot humanoïde Pepper. Son prix est fixé à 213.840 yens (1.584 euros) l'unité, mais le coût total toutes options comprises dépasse 1,17 million de yens (8.668 euros). Plusieurs Pepper sont déjà par ailleurs employés comme conseillers de services mobiles dans des boutiques japonaises de SoftBank.

Frédéric Bergé avec AFP