BFM Business

Télécoms: Free arrive en outre-mer

Free a désormais la voie ouverte

Free a désormais la voie ouverte - Philippe Huguen - AFP

L'Arcep a annoncé avoir attribué une nouvelle licence aux Antilles, en Guyane et dans les îles de l'Océan indien, ouvrant ainsi la voie au 4e opérateur.

La voie est désormais ouverte pour Free Mobile. L'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) a annoncé, ce jeudi 13 octobre, avoir attribué une nouvelle licence de téléphonie mobile 4G aux Antilles, en Guyane et dans les îles de l'Océan Indien, portant ainsi à quatre le nombre d'opérateurs télécoms présents dans chaque territoire.

L'opérateur français va désormais disposer d'une licence 4G en Guyane, Guadeloupe et Martinique ainsi qu'à Saint-Barthélémy et Saint-Martin, alors que le groupe réunionnais Océinde opérera, sous la marque ZEOP Mobile, à la Réunion.

L'Autorité compte sur l'arrivée de ces nouveaux acteurs pour dynamiser le marché en terme de prix, à l'image de ce qui a pu se produire avec l'entrée de Free sur le marché mobile en métropole, avec des "offres abordables et adaptées aux nouveaux usages", selon son communiqué.

Neuf opérateurs retenus

Au total, sur les cinq territoires concernés, neuf opérateurs ont été retenus par l'Arcep, sur les 25 dossiers reçus.

En plus de Free Mobile et ZEOP Mobile, les opérateurs déjà présents sur ces territoires, Orange, SRR, Digicel, Outremer Telecom, Dauphin Telecom et Telco OI, ont tous obtenu une licence 4G.

Les candidats à l'attribution d'une licence 4G devaient répondre à plusieurs critères pour être retenus, tels que la cohérence et la crédibilité du projet et du plan d'affaires, la contribution à l'aménagement du territoire, l'emploi et l'investissement ou encore la stimulation du marché.

Afin de convaincre l'Arcep, les candidats pouvaient cependant prendre des engagements allant au-delà des obligations imposées par l'Autorité, en particulier en terme de couverture du territoire.

L'arrivée d'un nouvel opérateur sur les marchés ultra-marins intervient moins de six mois après la fin des frais d'itinérance entre l'outre-mer et l'Hexagone, depuis le 1er mai dernier, conformément à une disposition votée par le Parlement en octobre 2015.

En avril dernier, l'Insee avait estimé que la téléphonie mobile en Outre-mer était plus chère de 60% environ aux Antilles-Guyanne, 20% à la Réunion et 26% à Mayotte.

J.M. avec AFP