BFM Business

Sous quelles conditions accorder sa confiance à un opérateur de cloud

Trop peu d'acteurs Cloud communiquent sur la réalité de leur infrastructure

Trop peu d'acteurs Cloud communiquent sur la réalité de leur infrastructure - -

Pour être aussi agile et flexible, le cloud doit reposer sur une infrastructure informatique éprouvée. En signant leur contrat de prestation cloud, les entreprises doivent s'assurer que la qualité de services sera au rendez vous.

En 2014, le coût moyen par donnée compromise pour une entreprise a atteint 200 dollars, contre 188 en 2013, révèle la neuvième édition de l'étude "Cost of a Data Breach", publiée par l'Institut Ponemon. Les industries fortement réglementées comme la santé, le transport, l'énergie, les services financiers, les communications, les produits pharmaceutiques et le secteur manufacturier sont les plus impactées. Du coup, dans le cadre d'un passage en mode cloud, pour le stockage notamment, la sécurité des données et leur confidentialité constituent une vertu indispensable, en terme de confiance entre l’opérateur Cloud et ses entreprises clientes.

S'assurer de la qualité technique de l'infrastructure informatique proposée

Pour accorder leur confiance à un opérateur de cloud, trois conditions sont donc à exiger par les entreprises, selon l'expert Joris Dedieu, Ingénieur Technique de Nfrance. Ces trois critères seront garants de la qualité technique d'une offre de stockage dans un contexte de service Cloud. Le premier porte sur la redondance des données autrement dit le rapport entre l'évolution de l'architecture et celle du volume de données avec le risque de perdre des données. Ce point est d'autant plus délicat que peu d'acteurs Cloud communiquent sur la réalité de leur infrastructure.
La deuxième condition concerne la disponibilité. L'entreprise cliente doit avoir la certitude de que la qualité du réseau mis en oeuvre répondra bien aux exigences de qualités de services notifiées dnas le contrat.
La troisième condition touche à la confidentialité des données. Cette confiance doit se vérifier à tous les niveaux techniques de la prestation : quel type d'infrastructures, où sont localisés les serveurs et les datacenters, quel processus de sauvegardes locales est appliquée ou encore quelle politique est adoptée en cas de délocalisation. Tout cela doit être clairement mentionné sur un plan juridique.

Jean Philippe Bichard