BFM Business

Sous la pression d'Amazon, le Pentagone va "reconsidérer" le mégacontrat accordé à Microsoft

Jeff Bezos a vendu près d'un million de titres Amazon

Jeff Bezos a vendu près d'un million de titres Amazon - AFP

Ce contrat de 10 milliards de dollars sur 10 ans porte sur une nouvelle infrastructure cloud et IA dédiée au ministère de la Défense américain.

C'est une grande victoire pour Jeff Bezos, le patron d'Amazon. Le ministère de la Défense américain annonce en effet qu'il va réexaminer l'attribution à Microsoft du mégacontrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure), d'une valeur de 10 milliards de dollars sur 10 ans.

Ce contrat porte sur une nouvelle infrastructure cloud dédiée au ministère de la Défense américain qui vise à moderniser la totalité des systèmes informatiques des forces armées américaines dans un système géré par intelligence artificielle.

Amazon fournit déjà la CIA

L'appel d'offres avait été vivement remis en cause par Amazon depuis plusieurs mois. Rappelons qu'Amazon est le leader mondial du cloud avec AWS suivi de Microsoft avec Azure. Mais AWS était clairement favori, notamment parce qu'il fournit déjà des serveurs hautement sécurisés à d'autres antennes du gouvernement, dont la CIA.

En février, une juge américaine avait accepté la requête d'Amazon, d'ordonner la suspension du contrat JEDI. Et jeudi soir, le gouvernement a demandé au tribunal de renvoyer le problème au Pentagone "pour 120 jours afin de reconsidérer certains aspects de la décision contestée".

"Nous sommes satisfaits que le ministère de la Défense reconnaisse que des questions substantielles et légitimes ont affecté la décision sur le contrat JEDI et qu'une correction est nécessaire", a réagi un porte-parole d'Amazon.

"Un renvoi (au Pentagone) est dans l'intérêt de la justice parce qu'il donne l'occasion de réexaminer cette décision à la lumière des accusations d'AWS (Amazon Web Services, la branche cloud du groupe, NDLR), de l'opinion de la cour et de nouvelles informations," ont précisé les avocats du gouvernement dans leur demande.

Le rôle de Donald Trump

Dès la conclusion de l'appel d'offres cet automne, Amazon avait protesté. Le groupe de Seattle accuse notamment Donald Trump d'avoir interféré avec le processus.

Jeff Bezos, le patron d'Amazon, est la cible fréquente d'attaques virulentes de la part du président républicain, notamment en raison de son investissement dans le Washington Post, un des journaux parmi les plus critiques du gouvernement.

Selon des documents remis par Amazon au tribunal, la société de Jeff Bezos estime que le choix de Microsoft est aberrant à moins de prendre en compte "la détermination de Donald Trump à +enfoncer Amazon+, d'après les mots du président lui-même".

OC avec AFP