BFM Business

SMS frauduleux: les conseils pour les éviter

Les arnaques par sms se multiplient, et bien qu'un numéro d'alerte existe, les mesures restent peu efficaces.

Les arnaques par sms se multiplient, et bien qu'un numéro d'alerte existe, les mesures restent peu efficaces. - -

Les messages d’arnaques et les "hameçonnages" surtaxés se multiplient sur les téléphones mobiles. Après les opérateurs et les associations de consommateurs, la Direction générale de la concurrence de Bercy se mobilise.

"Vous avez été tiré au sort pour gagner une voiture, renvoyez 'voiture' au 08 99 XX XX XX". Qui n’a pas déjà reçu au moins une fois ce genre de SMS, lui promettant de remporter le gros lot ? Face à leur recrudescence, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) du ministère de l'Economie et des Finances vient de lancer une nouvelle mise en garde contre ces SMS frauduleux.

Loterie, rencontres, offres d’emplois, petites annonces fantômes... ces SMS non-sollicités invitent en général à prendre contact avec un numéro surtaxé. Or, la facture est lourde pour le consommateur qui s’est fait prendre au piège.

Une dizaine de contentieux

Lors de la mise en place du dispositif d’alerte par la Fédération française des Télécoms, en octobre 2008, près de 200.000 SMS frauduleux avaient été signalés en à peine trois mois. Et 150 services d’envoi ont pu être fermés.

Quelques centaines de milliers de SMS frauduleux seraient envoyés chaque année, selon l’association de consommateurs UFC-Que Choisir. La DGCCRF affirme cependant qu’"aucune statistique n’existe sur le sujet".

Une dizaine de procédures de contentieux seulement a été lancé contre les éditeurs de ces messages. Trop peu, "pour chaque numéro frauduleux qui est banni, un autre se créé", désespère Que Choisir. Ce numéro peut être à cinq chiffres, mais aussi à dix chiffres commençant par 08 99.

Un dispositif d'alerte gratuit

En cas de tentative d’"hameçonnage" par SMS, la DGCCRF rappelle qu’il ne faut surtout pas contacter le numéro indiqué. L’utilisateur doit transférer le message au 33 700, le numéro du dispositif d’alerte mis en place par la Fédération française des Télécoms. Ce transfert est gratuit pour les clients mobiles Orange, SFR et Bouygues Telecom.

Pour les consommateurs qui préfèrent mettre directement un terme définitif à ces messages, il est également possible d’envoyer "STOP" par SMS au numéro de l’expéditeur, si celui-ci est un numéro à cinq chiffres commençant par 3, 4, 5, 6, 7 ou 8.

Audrey Dufour