BFM Business

Sharp à nouveau sauvé de la faillite par ses banques

Shapp a rapporté une perte nette d'1,7 milliard d'euros sur l'exercice 2014/15 qui s'est achevée le 31 mars 2015.

Shapp a rapporté une perte nette d'1,7 milliard d'euros sur l'exercice 2014/15 qui s'est achevée le 31 mars 2015. - AFP Yoshikazu Tsuno

L'industriel japonais a conclu avec deux banques un plan de sauvetage d'1,5 milliard d'euros, le deuxième en trois ans. Il supprimera 10 % de ses 50.000 emplois dans le monde.

En très grande difficulté financière, Sharp devrait échapper à la faillite. L'industriel japonais a conclu avec ses banques un plan de sauvetage de 200 milliards de yens (1,5 milliard d'euros), le deuxième en trois ans.

Mizuho Bank et Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ fourniront ces capitaux frais dans le cadre d'une opération de conversion de dette en actions. Japan Industrial Solutions, un fonds spécialisé dans le redressement des entreprises, apportera aussi 25 milliards de yens (187 millions d'euros).

En échange des sommes perçues, Sharp s'engage à supprimer 10% de ses 50.000 emplois dans le monde, dont 3.500 postes au Japon, et la vente de certains actifs, comme l'immeuble du siège social.

Le pionnier japonais des écrans à cristaux liquides a aussi décidé d'apurer sa situation financière par une réduction drastique de capital à 500 millions de yens (4 millions d'euros) contre 120 milliards de yens actuellement. Cette opération inédite pour un grande groupe avait provoqué, lundi 11 mai 2015, une chute brutale de 26 % du cours de son action à la bourse de Tokyo.

Sharp a aligné trois exercices annuels en perte sur 4 ans

L'injection de liquidités permet au groupe de gagner de temps mais ne répond pas aux interrogations sur la viabilité à long terme de l'activité d'écrans plats.

Sharp a publié une perte nette équivalente à 1,7 milliard d'euros au titre de l'exercice 2014-2015, clos fin mars 2015, son troisième résultat financier dans le rouge en quatre ans. Pire: ses dirigeants ont refusé de donner une estimation de leur résultat sur l'année en cours.

Sharp, qui réalise l'essentiel de son chiffre d'affaires dans les écrans LCD et les téléviseurs, a été fragilisé par ses concurrents asiatiques sur les panneaux solaires et les écrans de smartphones et tablettes.

Il a misé sur le haut de gamme pour éviter la concurrence frontale sur les prix mais peine à justifier de prix élevés et souffre aussi du cours élevé du yen.

Tout récemment, Sharp a présenté un écran ultra haute définition (type 4K) pour smartphone, montrant ainsi que son potentiel d'innovation technologique restait intact.

F.Bergé avec AFP