BFM Business

SFR: Vivendi examinerait déjà la nouvelle offre de Bouygues

Vivendi examinera la nouvelle offre de Bouygues sur SFR

Vivendi examinera la nouvelle offre de Bouygues sur SFR - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Malgré les négociations exclusives avec Numéricable, le comité ad hoc du groupe présidé par Jean-René Fourtou examinerait dès ce 27 mars la nouvelle offre de Bouygues Telecom pour le rachat de SFR. Cette nouvelle offre prévoit aucun licenciement économique collectif pendant 36 mois.

La bataille continue de faire rage autour de la reprise de SFR. Selon des informations concordantes, le comité ad hoc de Vivendi présidé par Henri Lachmann examinera dès ce jeudi soir 27 mars la nouvelle offre du groupe Bouygues sur SFR qui a relevée sa proposition à 13,5 milliards d'euros. 

Officiellement pourtant, Vivendi attend la fin de la période de négociations exclusives avec Numéricable, c'est-à-dire le 4 avril, pour le faire. Bouygues a fixé au 8 avril la date limite de son offre.

Le groupe Bouygues s'est engagé jeudi à ne procéder à "aucun licenciement économique collectif" pendant la 36 mois en cas de rapprochement entre Bouygues Telecom et SFR, sans "aucune condition restrictive", dans un courrier à Vivendi, transmis à l'AFP.

"Nous tenons par la présente à renouveler sans ambiguïté nos engagements de maintenir l'emploi et de ne procéder à aucun licenciement économique collectif, plan social, plan de départ volontaire dans le cadre d'un rapprochement entre SFR et Bouygues Telecom", écrivent les dirigeants de Bouygues et Bouygues Telecom, Martin Bouygues et Olivier Roussat, dans ce courrier daté du 27 mars.

Ce matin, Le Figaro citait une lettre de Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi, répondant à un courrier envoyé par Martin Bouygues qui faisait pression pour que Vivendi brise la période de négociations exclusives.

Pressions des actionnaires minoritaires

"Le management de Vivendi, soucieux de l'intérêt social de l'entreprise et de l'intérêt de ses actionnaires et de ses salariés, va examiner cette offre avec toute la rigueur nécessaire selon les critères arrêtés avec le comité spécial du conseil de surveillance et en application stricte de notre engagement d'exclusivité", écrit Jean-René Fourtou, qui a toujours défendu l'offre de Numericable.

La réponse de ce dernier peut être également perçue comme une volonté de limiter les risques juridiques alors que, dans le même temps, l'Adam, l'Association des actionnaires minoritaires, a réclamé, dans un courrier daté du 20 mars, plus de transparence dans ce dossier, et souhaité que le choix du repreneur de Vivendi soit soumis à l'approbation des actionnaires.

L'Adam s'interrogeait également sur le bien- fondé du choix du conseil de surveillance, lorsqu'il a retenu l'offre de Numericable.

De son côté, selon Reuters, Bouygues tenterait le tout pour le tout, en recherchant de nouveaux investisseurs (banquiers, assureurs, fonds de private-equity) pour augmenter encore une fois son offre et convaincre les dirigeants de Vivendi de lui accorder la main de SFR.

J.M.