BFM Business

SFR: syndicats et direction seront reçus mardi par Myriam El Khomri

La ministre du Travail rencontrera d'abord les syndicats puis la direction.

La ministre du Travail rencontrera d'abord les syndicats puis la direction. - AFP - Bertrand Guay

Des syndicats assurent que SFR va supprimer un tiers de ses effectifs. La ministre du Travail veut s'assurer que l'opérateur respectera ses engagements en matière d'emploi. Mais ceux-ci s'arrêtent au 1er juillet 2017.

Les syndicats et la direction de SFR ont rendez-vous mardi avec Myriam El Khomri. Le groupe de télécommunications pourrait supprimer 5.000 postes après juillet 2017, d'après des syndicats.

"Compte tenu des menaces sur l'évolution de l'emploi au sein du groupe SFR, la ministre du Travail Myriam El Khomri a souhaité rencontrer les organisations syndicales de SFR mardi 2 août afin de partager leur analyse de la situation de l'entreprise ; elle rencontrera ensuite la direction de SFR", détaille le communiqué diffusé par le ministère du Travail ce vendredi.

"Je m'assurerai du respect des engagements pris sur l'emploi" par SFR, explique la ministre. "Le gouvernement veillera à ce que SFR respecte ses engagements de maintien de l'emploi pris lors du rachat du groupe et préserve les compétences et le savoir-faire de l'entreprise en France", affirme-t-elle.

Éviter les "considérations financières de court terme"

Selon le gouvernement, "les transformations auxquelles sont confrontées les entreprises du secteur doivent être anticipées par la négociation et fondées sur une stratégie de long terme, et non par des considérations financières de court terme". 

Selon des sources syndicales, SFR compte supprimer 5.000 emplois, soit environ un tiers de ses effectifs, après juillet 2017. Patrick Drahi, qui a pris le contrôle de SFR en 2014, avait évoqué fin juin le "sureffectif" du groupe de télécoms. Lors du rachat de SFR par Numericable, une garantie de maintien de l'emploi de trois ans avait été conclue. Elle prend fin le 1er juillet 2017.

A.R. avec AFP