BFM Business

SFR: Henri Emmanuelli réclame l'audition des ministres concernés

Le député Henri Emmanuelli veut entendre les ministres, comme Arnaud Montebourg, concernés par le rachat.

Le député Henri Emmanuelli veut entendre les ministres, comme Arnaud Montebourg, concernés par le rachat. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

L'ancien président PS de l'Assemblée, demande, ce 17 mars, que les députés auditionnent les ministres concernés par le rachat de SFR. Vivendi est entré en négociations exclusives avec Numericable, alors que le gouvernement soutenait l'offre de Bouygues Telecom.

Après le gouvernement et la Caisse des dépôts, l'Assemblée nationale s'intéresse, à son tour, au sort de SFR. L'ancien président de l'Assemblée et député PS des Landes, Henri Emmanuelli, demande dans un communiqué publié ce lundi 17 mars à ce que celle-ci auditionne les ministres concernés.

Dans son communiqué, le député précise que le rachat de SFR par Numericable ou par Bouygues Telecom "concerne un peu plus de 18 millions d'abonnés dans le mobile et 6,7 millions dans le fixe".

Selon lui, les électeurs "se tournent systématiquement vers leurs parlementaires quand les besoins de couverture sur les territoires ne sont pas satisfaits ou satisfaisants", ce qui justifie l'intérêt de l'Assemblée, même si l'élu reconnaît que "cette opération concerne des groupes privés, côtés en Bourse."

Pellerin et Montebourg ciblent Numericable

Arnaud Montebourg soutient un rachat par Bouygues Telecom alors que Vivendi a ouvert des négociations exclusives avec Numericable. Il a rappelé sur Europe 1, ce 17 mars, que ce rachat poserait "un certain nombre de problèmes", en raison de la petite taille de Numericable, qui devrait s'endetter lourdement pour réaliser une LBO.

Fleur Pellerin, ministre de l'Innovation et de l'Economie numérique, a, elle, demandé dans un interview au Journal du Dimanche, ce 16 mars, au patron de Numericable de "revenir en France", et de gérer ses affaires depuis Paris.

Arnaud Montebourg a, lui, rappelé sur Europe 1, ce 17 mars, que ce rachat poserait "un certain nombre de problèmes", en raison de la petite taille de Numericable, qui devrait s'endetter lourdement pour réaliser une LBO.

J.S avec AFP