BFM Business

Réalité virtuelle: comment Google compte affronter Apple et Microsoft

Google a vendu 5 millions de CardBoard en 2015, un grain de sable par rapport à ce qu'il veut faire avec son casque VR.

Google a vendu 5 millions de CardBoard en 2015, un grain de sable par rapport à ce qu'il veut faire avec son casque VR. - Alain Joquard - AFP

Contrairement à ses concurrents qui veulent dynamiser leur activité première, le casque de réalité virtuelle de Google ne sera lié ni à un smartphone, ni à un PC, ni même à une console. Il sera totalement autonome pour attirer plus de monde.

La prochaine grande révolution technologique sera la réalité virtuelle. En tout cas, tous les acteurs des high-tech s’y préparent. Chacun aura son approche pour amorcer ce nouveau marché sans trop déstabiliser leur "core business".

Pour Apple, il faudra en faire profiter le marché des iPhone, pour Microsoft celui des PC et de la Xbox, pour Samsung celui des Galaxy et pour Sony celui de la PlayStation. Bref, chacun a un plan pour se lancer dans une nouvelle aventure tout en renforçant ses activités les plus rémunératrices. Alphabet (nouveau nom du groupe Google) aussi, mais à sa manière.

Selon le Wall Street Journal, les équipes de Sundar Pichai, CEO de Google, préparent un casque de réalité virtuelle totalement autonome. Ce ne sera le périphérique d’aucun autre appareil, donc inutile de se suréquiper pour découvrir ces nouveaux espaces numériques.

Ce casque se compose donc d'un écran intégré et de caméras extérieures qui suivront les mouvements de la tête de l'utilisateur. Il pourrait aussi être équipé des technologies de pilotage des Google Glass qui sont à la fois tactiles et vocales.

Une nouvelle guerre des plateformes

Surtout, le casque Google pourrait séduire la clientèle traditionnelle du groupe, mais aussi un peu de celles d’Apple, de Facebook, de Samsung, de Sony et de Microsoft. Pour Ben Schachter, analyste pour le cabinet Macquarie Capital, une nouvelle guerre des plateformes s’engage. Google va y prendre part et c’est une première.

Le groupe californien n’a jamais vraiment été ce qu’on peut appeler un vendeur de matériel, contrairement à ses concurrents. Son fait d’armes reste un appareil totalement inattendu: le CardBoard, un casque de réalité virtuelle en carton dans lequel il faut insérer un smartphone. Le groupe en a écoulé 5 millions, vendus à 2,55 euros l’unité, soit un chiffre d'affaires de près de 13 millions d'euros.

Un beau carton, mais la prochaine machine à cash de Google sera plus puissante. Elle reposera sur ce casque, sur l’écosystème qu’il va créer, mais aussi sur les revenus tirés de la nouvelle version d'Android qui sera compatible VR pour permettre aux casques des concurrents de fonctionner.

Le but est de s'accaparer une belle part d'un marché qui apportera un nouveau levier de croissance aux technologies. Selon Goldman Sachs, les ventes de casques VR devraient générer 110 milliards de dollars de chiffre d'affaires dans 10 ans, hors logiciel.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco