BFM Business

Randstad s'offre Monster, le pionnier du recrutement sur Internet

Randstad offre 3,40 dollars par action pour sa cible, soit une prime de 22,7% par rapport au cours de clôture de Monster lundi 8 août 2016 à Wall Street.

Randstad offre 3,40 dollars par action pour sa cible, soit une prime de 22,7% par rapport au cours de clôture de Monster lundi 8 août 2016 à Wall Street. - Benoît Doppagne-BELGA-AFP

Le numéro 2 mondial de l'intérim et du recrutement rachète Monster.com pour 429 millions de dollars. Fondé en 1999, le site internet continuera d'exister sous son nom propre.

La révolution numérique concerne de plus en plus le recrutement et la recherche d'emploi. Mais c'est une entreprise traditionnelle de ce secteur qui met la main sur un des pionniers du numérique. Randstad, le spécialiste néerlandais du recrutement et de l'intérim, se paie l'américain Monster, bien connu pour ses sites internet d'offres d'emplois, pour 429 millions de dollars (387 millions d'euros). Randstad offre 3,40 dollars par action, soit une prime de 22,7% par rapport au cours de clôture de Monster, lundi soir 8 août 2016, à Wall Street.

Devenu la propriété du numéro 2 mondial de l'intérim, Monster continuera d'exister sous son nom propre. Fondé en 1999, ce site est l'un des rares à avoir survécu à l'explosion de la bulle Internet, au tout début des années 2000.

Randstad a multiplié les acquisitions ces derniers mois

"Avec sa plate-forme technologique à la pointe de l'industrie et ses solutions numériques, sociales et mobiles faciles à utiliser, Monster vient naturellement compléter l'offre de Randstad", a déclaré Jacques van den Broek, le PDG du groupe néerlandais qui a multiplié les acquisitions depuis le début de 2016, surtout dans le secteur du numérique.

Randstad a acquis notamment une société japonaise, Careo Group, une plate-forme internet d'origine berlinoise, Twago, spécialisée dans le recrutement de développeurs free lance de logiciels, sans oublier le rachat d'Ausy, une société française de services informatiques et de conseil en technologies.

Le géant de l'intérim estime que Monster et toutes ses autres acquisitions effectuées ces neuf derniers mois, lui permettront d'augmenter son chiffre d'affaires de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) par an. Randstad entend maintenant réduire le rythme de ses opérations de croissance externe.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco