BFM Business

Pourquoi le deal Bouygues-Orange a planté

Martin Bouygues désigne Xavier Niel comme coupable de l'échec des négociations, a expliqué Nicolas Doze ce lundi matin.

Martin Bouygues désigne Xavier Niel comme coupable de l'échec des négociations, a expliqué Nicolas Doze ce lundi matin. - BFM Business

"Les négociations de rachat ont échoué à la suite d'une mésentente entre Martin Bouygues et Xavier Niel, à laquelle se sont ajoutées des exigences plus strictes du côté de Bercy."

Bouygues Telecom avait tout à gagner d'un mariage et tout à perdre de son échec avec une concurrence qui restera forte. Mais pourquoi a-t-il fini par dire non?

Martin Bouygues désigne clairement Xavier Niel comme le coupable de l’échec. "Manifestement, l’un des protagonistes nourrissait l’ambition d’avoir le maximum en payant le minimum, tout en gardant la possibilité de se retirer ", a affirmé Martin Bouygues au Figaro, faisant référence à Xavier Niel sans le nommer.

Bercy et Emmanuel Macron ont aussi leur part de responsabilité en voulant au dernier moment faire payer plus cher l’action Orange et brider la présence de Bouygues Telecom dans le capital d’Orange pendant plusieurs années. Troisième aspect: la taille du nouvel ensemble rendait incertain le feu vert de l’Autorité de la Concurrence.

Enfin, le caractère familial de Bouygues Télécom a certainement pesé de façon plus importante qu’on ne le croit dans la décision finale. Mais dans la dernière ligne droite on a surtout senti l’exacerbation d’une guerre des nerfs. À côté des relations impossibles entre Martin Bouygues et Xavier Niel, les soudaines exigences de Bercy ont sans doute terminé d’achever la patience du vendeur.

Nicolas Doze, édité par A.R.