BFM Business

Pourquoi l'iPad est en train de sombrer

La chute des ventes d'iPad est violente depuis 2013 et devrait se poursuivre en 2016.

La chute des ventes d'iPad est violente depuis 2013 et devrait se poursuivre en 2016. - WallpapersCraft

Alors que les ventes d'iPad ont chuté de 30% depuis l'année record de 2013, la tablette d'Apple n'est plus la priorité des éditeurs d'applications qui privilégient le smartphone. La tablette n'est pas la révolution attendue.

Le livre de Jobs. Il semble loin le temps où le magazine anglais The Economist faisait sa une avec Steve Jobs sanctifié tenant un iPad salvateur à la main. L'iPad allait, pensait-on à l'époque, remplacer le papier, sauver la presse, le monde de l'édition, remplacer la télé et bien d'autres belles promesses encore. Las rien de tout cela n'est advenu. L'iPad s'est contenté d'être une sorte "d'iPhone du salon", soit l'écran tactile qu'on utilise à l'occasion quand on n'a pas son smartphone sous la main.

D'ailleurs les ventes reflètent très bien ce déclin de l'engouement. En 2015, Apple n'a vendu que 49,6 millions d'iPad, soit une chute de 22%. Et ce malgré la sortie d'un iPad Pro qui a permis seulement de limiter la casse. Depuis le pic de 2013 (71 millions d'iPad vendus), le déclin s'établit même à 30%. Et selon le cabinet taïwanais TrendForce, il devrait se poursuivre en 2016 avec des ventes qui devraient tomber sous les 40 millions.

La tablette a fait le plein en 5 ans

Pourquoi l'iPad dérouille-t-il de la sorte? Certainement parce qu'il est beaucoup plus cher que la concurrence. Mais le problème est plus profond. C'est le marché des tablettes dans son ensemble qui recule (-12% en 2015). La faute à la concurrence des smartphones dont les écrans sont de plus en plus grands et qui viennent empiéter sur les plates-bandes des tablettes. En 2012, la taille d'écran moyenne en France pour les smartphones était de 3,7 pouces, elle est montée à 4,4 pouces en 2014 et a atteint les 5 en 2015.

Des smartphones qui cannibalisent mais aussi des appareils qu'on remplace moins souvent. La tablette a fait en quelque sorte "le plein" depuis 5 ans puisque près de 60% des foyers français en possèdent une selon une étude de la Fevad. Or à la différence du smartphone, une tablette a une durée de vie plus longue et se change moins souvent (elle reste à la maison et s'use moins). Désormais la tablette est sur un marché de renouvellement qui ne génère plus de croissance.

Personne ne lit un magazine sur sa tablette

Si l'iPad n'est pas près pour autant de disparaître, ses usages tendent à se réduire. Aujourd'hui, les titres de presse spécialement conçus pour l'iPad n'existent plus et les applications phare de la tablette comme Flipboard se concentrent désormais sur le smartphone. La tablette n'est finalement rien d'autre qu'un smartphone peu pratique à transporter.

Pourquoi a-t-elle finalement déçu les espoirs placés en elle? Tout simplement, explique un article du site New Republic, car "penser que la tablette allait remplacer le papier était un vœu pieux." Les nouvelles technologies ne viennent pas remplacer les précédentes mais transforment les usages. D'où par exemple l'échec de la vente de musique en ligne alors que le streaming avec abonnement explose. Les médias notamment qui espéraient que l'iPad leur permettrait de vendre des journaux sur écran en ont été pour leur frais. La consommation d'information se fait désormais de plus en plus via les réseaux sociaux et personne ou presque ne lit un magazine en pdf sur sa tablette. La preuve que Steve Jobs qui voulait sauver l'édition avec l'iPad n'aura pas été toujours si visionnaire. 

-
- © -
Frédéric Bianchi