BFM Business

Pourquoi Facebook veut que ses salariés se connectent en bas débit

Le mardi, les employés du groupe de la Silicon Valley se connectent à internet en 2G. Un très faible débit qui leur permet de vivre internet comme ceux qui y ont peu accès. Et donc de trouver des solutions pour eux.

Les pays émergents, nouvelle frontière de Facebook. Le groupe de Mark Zuckerberg multiplie les innovations pour permettre à tous de se connecter au réseau social, y compris ceux qui n'ont pas ou peu accès à internet. Pour y arriver, le groupe a pris une initiative originale: désormais tous les employés de Facebook seront fortement incités à se connecter, un jour par semaine, en bas débit!

Le mardi, internet sera bridé chez Facebook. Ce jour-là, en allumant leur poste de travail le matin, tous les employés du groupe, dès qu'ils se connecteront sur le réseau social, se verront proposer de passer en 2G pendant une heure. Avec une connexion de cette lenteur, la plupart des pages met deux minutes à charger. Sans parler des images et des vidéos. Une épreuve pour les geek de la Silicon Valley. Ils auront le choix de dire non. Mais Facebook pense que la majorité des collaborateurs adopteront les 2G Tuesdays.

Le but: mettre les salariés du réseau social dans la peau des habitants des pays dépourvus de bonne connexion mobile, et les inciter ainsi à trouver des solutions pour rendre Facebook plus accessible. Le directeur de l'ingénierie de Facebook s'est même rendu en Inde et au Kenya pour se rendre compte des difficultés par lui-même.

Facebook sans photo ni vidéo

Du coup, le réseau social a déjà lancé une version de son fil d'actualité où les photos et les vidéos sont automatiquement écartées pour les connexions trop lentes. Un moyen de faire en sorte qu'il se charge plus rapidement.

L'autre pan de la stratégie du groupe consiste à raccorder un maximum de personnes à internet. Une application permet déjà aux plus défavorisés de certains pays d'accéder gratuitement à une version simplifiée du web, avec évidemment un accès à Facebook. C'est le projet internet.org, qui permet aux populations peu dotées en infrastructures réseau d'accéder à internet gratuitement. Une application disponible dans de nombreux pays asiatiques et africains. Selon Mark Zuckerberg, 15 millions de personnes s'en servent. Le groupe espère aussi un jour lancer son réseau de drones capables d'apporter internet dans les zones les moins développées.

Le fondateur de Facebook était d'ailleurs en Inde mercredi. Mark Zuckerberg y a déclaré que la mission du groupe "est de connecter tout le monde sur la planète". Il a ajouté que l'Inde était aujourd'hui le marché le plus important pour Facebook.

Simon Tenenbaum, édité par N.G.