BFM Business

Paiement mobile: Samsung ne laissera jamais le marché américain à Apple

Les paiements par smartphones ont représenté 3.5 milliards de dollars aux États-Unis en 2014. En 2018, ils devraient atteindre 118 milliards.

Les paiements par smartphones ont représenté 3.5 milliards de dollars aux États-Unis en 2014. En 2018, ils devraient atteindre 118 milliards. - Justin Sullivan (Getty Images/AFP)

Face à Apple Pay, Samsung a décidé de sortir son joker : LoopPay, un service déjà compatible avec 90% des commerçants aux Etats-Unis. Une acquisition qui permet au Coréen d'attaquer les Américains sur leur terrain.

L’affrontement qui oppose Apple et Samsung ne se limite pas aux smartphones. Face au puissant écosystème d’Apple, le Coréen a décidé de sortir l’artillerie lourde. Il vient de s’offrir LoopPay, un service américain de paiement mobile qui se présente comme le principal concurrent d’Apple Pay. Le montant de cette acquisition n’a pas été dévoilé.

La différence entre les deux technologies repose essentiellement sur la transmission des informations sur les terminaux des commerçants. Apple Pay fonctionne en NFC (paiement sans contact) qui n’équipe pour l’instant que 5% des commerçants américains. Pour être compatibles, ils doivent s’équiper de nouveaux appareils. Côté smartphones, le NFC n’est accessible qu’avec les deux derniers modèles d’iPhone : 6 et 6 Plus.

LoopPay a opté pour un système plus compatible : la MST, pour Magnetic Secure Transmission. Comme l’explique le site spécialisé l’Informaticien, cette technologie génère plusieurs champs magnétiques sur une très courte période qui peuvent être lus par la tête de lecture de la carte. Mais pour cela, le smartphone doit être équipé d’un boîtier spécifique que l’on trouve à partir d’une vingtaine d’euros.

Un marché de 118 milliards de dollars dès 2018 aux Etats-Unis

Selon LoopPay et Samsung, la presque totalité des smartphones est compatible, ainsi que 90% des terminaux de paiements des commerçants américains. Car c’est bien aux États-Unis que Samsung veut attaquer son ennemi californien. Et, en effet, l’enjeu est énorme. D'ailleurs, LoopPay a été intégré à Samsung Electronics America comme filiale à part entière. "Cela donne à Samsung un accès exclusif à la technologie de LoopPay" a indiqué à l’AFP Bryan Yeager, analyste pour eMarketer.

Selon ce cabinet, les paiements par smartphones ont représenté 3.5 milliards de dollars aux États-Unis en 2014. Mais le rythme va rapidement s’accélérer. Dès 2016, ils devraient atteindre 27,5 milliards avant d'exploser en 2018 avec 118 milliards.

Samsung et Apple ne sont pas les seuls à lorgner sur ce magot. Google est également sur les rangs avec Wallet. Les commerçants américains sont également sur la défensive. Réunis au sein du collectif Merchant Customer Exchange (MCX), ils ont créé CurrentC, un système de paiement avec un QR Code. Parallèlement, les membres de ce groupe, parmi lesquels WallMart, BestBuy ou les pharmacies du réseau RiteAid, ont décidé de bloquer les terminaux NFC.

Mais il faut aussi compter sur les géants mondiaux des cartes bancaires comme MasterCard, Visa ou Amex. Bien que partenaires de tous ces acteurs, ils ont décidé de développer aussi leur propre système.

Pascal Samama