BFM Business

Ordinateur quantique, serre à cannabis... Les innovations étonnantes du CES

-

- - La Poste

Il y a eu peu d'innovations de rupture au salon CES qui s'est tenu jusqu'au 12 janvier 2018 à Las Vegas mais beaucoup d'objets amusants ou impressionnants ont été glanés le long des halls d'exposition. Passage en revue.

Le petit train qui avance grâce à la lumière

Recharger son téléphone simplement en l'exposant à la l'éclairage ambiant? C'est la promesse de la société israélienne Wi-charge qui faisait une impressionnante démonstration de sa technologie de recharge par onde infrarouge. Un train avance tout seul simplement alimenté par un petit panneau photovoltaïque situé au dessus de lui. Wi-charge a développé un adaptateur pour permettre de recharge son smartphone de cette façon et compte développer la vente de ses hotspots lumineux rapidement. La société a en tout cas reçu l'accord de la FDA américaine qui estime qu'il n'y a pas de risque pour la santé.

Téléphoner avec le doigt? C'est possible

-
- © Sgnl smartwatch

Ce concept né dans les laboratoires de Samsung devrait être commercialisé dans les prochains mois par la société Sgnl. Il s'agit d'un bracelet connecté au smartphone et qui vibre au rythme des sons de son téléphone. Grâce à la conduction osseuse jusqu'au bout des doigts, vous pouvez entendre simplement en en posant un sur l'oreille. Musique ou conversation téléphonique simplement en posant le doigt sur l'oreille. Impressionnant, mais un peu ridicule. 

La machine à plier le linge existe-t-elle vraiment?

C'est sans doute le produit qui a fait le plus gros buzz au salon de Las Vegas. Tous les visiteurs se sont pressés pour voir une démo de la machine à plier le linge du la start-up américano-israélienne FoldiMate. Il faut dire que si cela marche vraiment, il s'agirait d'une première mondiale. La société compte d'ailleurs lancer d'ici 2019 à un tarif de lancement de 980 dollars. Petit problème: la plieuse n'était pas fonctionnelle sur le salon, il s'agissait simplement d'une démo (la machine ne pliait pas vraiment le linge que l'on insérait à l'intérieur). Mais la compagnie assure qu'elle dispose de modèles fonctionnels mais encore présentables au public. Et l'éternelle question (corvée?) du repassage n'est pas résolue par ce système...

Mais que faisait le FBI au CES?

-
- © BFM Business

Le FBI se lance dans l'électronique? La police nationale américaine disposait en effet d'un stand au CES de Las Vegas. Mais interrogée, elle assure qu'elle n'a rien à vendre, elle est simplement là pour conseiller les start-up sur les cadres règlementaires sur les questions de sécurité, de vie privée et d'utilisation des données.

Sony nous refait le coup du robot chien

Les fabricants l'ont compris. Pour attirer du monde sur votre stand, mettez un robot. Même s'il ne sert au final pas à grand chose. C'est le cas de Aibo, le nouveau petit chien de Sony en métal et silicone. Il faut bien avouer qu'il est encore plus mignon que le modèle des années 2000 (vendu à 40.000 exemplaires et stoppé en 2006), plus perfectionné aussi (son intelligence progresse en fonction des expériences des autres partagés sur le cloud) mais toujours aussi inutile. En dehors d'être un chien (il peut rapporter la ba-balle), il ne vous sera pas d'une grande utilité. Le tout pour 1500 euros.

Un tennis de table avec de vrais modules en plastique

Le jeu icône des années 70 prend un coup de jeune. Atari a en effet développé un modèle du très basique jeu de tennis sous forme d'une table de jeu. Sauf que le jeu ne se déroule plus sur un écran mais sur un plateau avec de véritables modules en plastique que l'on déplace et qui réagissent parfaitement grâce à un système d'aimant caché sous la table. Un produit plutôt réservé aux professionnels (bars, salles de jeu...) puisque son prix de vente est supérieur à 1000 dollars.

La bonne surprise du CES: La Poste

-
- © Christophe Pelletier BFM Business

En matière d'innovation numérique, il faut avouer que les grands groupes sont rarement époustouflants. Et pourtant La Poste française a fait forte impression sur ce CES 2018. La compagnie a en effet dévoilé de nombreuses innovations très intelligentes et concrètes qui pourraient avoir un impact sur le quotidien des gens. Comme ce carnet de santé numérique qui centralise toutes les données de santé d'une personne recueillies par les différents appareils connectés, un vélo électrique très malin avec une batterie amovible et un écran afin d'y connecter son smartphone, un petit module de paiement sans contact (Jaab) pour les enfants que l'on recharge depuis une application, une tirelire connectée très mignonne en forme d'animal qui repère la somme qu'on y introduit et l'envoie sur un compte en ligne et enfin un "bot" de conversation automatisée qu'elle compte développer pour les administrations comme les mairies afin de digitaliser leurs relations avec leurs administrés. Bref le Lab de La Poste fourmille d'idées et la réalisation des produits est soignée. Ne reste plus qu'à les lancer. Ce qui devrait être le cas pour la plupart d'entre eux en 2018.

Un ordinateur quantique, ça ressemble à cela

-
- © BFM Business

Sans aucun doute le produit le plus révolutionnaire jamais exposé au CES de Las Vegas. IBM a en effet installé dans un hall une partie d'un ordinateur quantique de 50 qubits (50 bits quantiques), une machine très complexe et pas encore fonctionnelle au delà de 90 microsecondes qui utilise les propriétés de la matière à l'échelle de l'infiniment petit pour augmenter de façon exponentielle la puissance de calcul. La machine dévoilée sur le salon ressemblait plus à une oeuvre d'art ou à un lustre qu'à une machine high-tech. Selon un représentant d'IBM, il s'agit du "futur de l'informatique à coup sûr" même s'il a du mal à nous dire quelles seront les applications concrètes. Celles-ci ne seront pas très grand public dans un premier temps puisqu'il s'agira principalement d'utilisations en matière de cryptographie et d'intelligence artificielle. 

Des hologrammes impressionnants sur les ventilateurs

Il y avait un petit côté Star Wars avec cette technologie Hypervsn de la société britannique Kino-mo. Spectaculaires, les images apparaissent comme des spectres lumineux grâce à des ventilateurs équipés de leds. Une technologie qui intéresse de plus en plus d'agences de communication, assure un porte parole de la société qui rêve d'implanter ces ventilateurs dans les plus grands centres commerciaux.

Bientôt on pourra sentir les produits alimentaires dans les magasins?

-
- © BFM Business

Vous marchez dans un rayon, vous hésitez entre deux marques de cookie, à défaut de les goûter, vous pourrez bientôt les sentir. Voilà le projet du parfumeur Alexandre Juving-Brunet qui a créé Sniffy un appareil capable de diffuser des odeurs. Encore à l'état de prototype, la machine se présente avec un écran sur lequel on sélectionne le produit à sentir avant d'y approcher son nez. Nous avons ainsi pu sentir des odeurs de plats de viande en sauce, de chocolat en poudre ou de biscuits. L'idée est de proposer ce produit à la grand distribution et de recueillir les réactions des clients afin de constituer une base de données sensorielle basée sur les odeurs.

La petite serre à cannabis à mettre dans son salon

-
- © BFM Business

Cela ressemble à une petite cave à vin très éclairé. Créé par une start-up canadienne, ce Grobo One est en fait une serre pour faire pousser des plantes dans un appartement. Évidemment, c'est le marché du cannabis que vise la société qui entend surfer sur la vague de libéralisation du cannabis récréatif en Amérique du nord. Bardé de capteurs, la serre communique avec votre smartphone et vous donne régulièrement des nouvelles de votre plante et vous dispense des conseils. Ce produit se destine aux gros amateurs de plantes, puisque son prix frôle les 2000 dollars (1650 euros).

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco