BFM Business

Orange : Stéphane Richard "invité" à se rendre en Israël

Stéphane Richard a tenté la veille d'éteindre la polémique

Stéphane Richard a tenté la veille d'éteindre la polémique - Philippe Desmazes - AFP

Le gouvernement a proposé au PDG du groupe français de se rendre dans l'Etat hébreu pour expliquer sa position sur sa présence en Israël, selon une source proche de l'exécutif.

Les propos de Stéphane Richard, prononcés mercredi dernier, ont intrigué jusque dans les plus hautes sphères. Le PDG du groupe français de téléphonie Orange a ainsi été invité à se rendre en Israël pour expliquer la position de son groupe sur sa présence dans l'Etat hébreu.

"Le gouvernement d'Israël l'a invité à se rendre en Israël", a ainsi indiqué ce dimanche 7 juin à l'AFP un responsable gouvernemental, sous couvert de l'anonymat.

Samedi, Stéphane Richard avait dit regretter la vive polémique autour du maintien de la présence du géant français de téléphonie mobile dans ce pays.

"Orange est présent en Israël pour y rester", avait-il assuré à l'AFP, démentant une nouvelle fois tout désengagement de son groupe d'Israël où il est notamment actif au travers de deux filiales.

"L'écran de fumée" d'Orange

L'opérateur français soutient que sa volonté de mettre fin à la licence permettant à l'opérateur israélien Partner d'utiliser la marque Orange en Israël mais également dans des colonies en Cisjordanie occupée, est uniquement motivée par sa stratégie de marque, et non par des considérations politiques.

L'État hébreu est en effet le seul pays dans lequel Orange est présent sans exploiter lui-même sa marque, en vertu d'un accord signé avec Partner par le groupe britannique Orange avant le rachat de ce dernier en 2000 par France Télécom, qui a ensuite pris le nom d'Orange.

La tentative du patron d'Orange de désamorcer la polémique n'a pas été bien reçue par Partner, qui a qualifié samedi la mise au point de Stéphane Richard "d'écran de fumée, dont le but est de manipuler l'opinion publique en Israël et dans la monde" et avait demandé un contact direct avec lui.

La polémique avait débuté mercredi lorsque le PDG d'Orange avait évoqué la volonté du groupe "de retirer la marque Orange d'Israël", ce qui avait soulevé de vives critiques dans l'Etat hébreu y compris du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ces propos, tenus quelques semaines après la publication d'un rapport accusant Orange de soutenir indirectement la colonisation via Partner, avaient touché un point sensible en Israël, qui s'inquiète des tentatives internationales de boycott.

Selon le responsable israélien interrogé dimanche par l'AFP, Stéphane Richard a sollicité un entretien avec l'ambassadeur d'Israël à Paris, qui a reçu ordre de ne pas rencontrer le PDG d'Orange et de lui proposer à la place de se rendre en Israël.

J.M. avec AFP