BFM Business

Orange précise les causes de la méga-panne

Stéphane Richard rendait  des comptes aux députés ce mercredi quant à la vaste panne du 6 juillet (Photo : AFP)

Stéphane Richard rendait des comptes aux députés ce mercredi quant à la vaste panne du 6 juillet (Photo : AFP) - -

Ce 11 juillet, Stéphane Richard était auditionné par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale sur "l'accident logiciel" du week-end. Il a donné quelques précisions sur ce qui s'est passé.

C'est une simple mise à jour logicielle qui a mis par terre le réseau France Télécom. Une mise à jour réalisée 48 heures avant l'incident, dans le cœur du réseau. Au sein du HLR, un équipement flambant neuf, qui gère l'authentification et la localisation des abonnés. C'est ce qu'a expliqué, aujourd'hui 11 juillet, Stéphane Richard, président de France Telecom/Orange, devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

Les effets de "l'accident logiciel" se feront sentir deux jours plus tard. Vendredi 6 juillet à 15h30, le trafic national -supervisé à la seconde - est à un tiers de ce qu'il devrait être en temps normal. A 19 heures, 90 % des communications ne sont plus acheminées.

Un précédent, qui remonte à 2004

Orange est alors en mode "crise rouge", le niveau d'alerte maximale, et 200 personnes sont mobilisées. Le réseau sera entièrement rétabli à 3 heures du matin. Un incident "rarissime" et "imprévisible", selon Stéphane Richard.

Pour autant, ce n’est pas une première. Orange a déjà connu une panne similaire en 2004. Mais à l'époque, les mobiles étaient moins indispensables qu'aujourd'hui. "Une leçon d'humilité" à écouter le patron du groupe, qui nuance quand-même un peu : une interruption de service une fois tous les dix ans, dit-il, "ce n'est pas une catastrophe de première grandeur".

En attendant, un audit a été lancé en interne et ses conclusions sont attendues le 10 septembre.

Anthony Morel