BFM Business

Nintendo peut dire merci à sa Switch

Nintendo vise désormais un bénéfice net de 85 milliards de yens sur l'exercice.

Nintendo vise désormais un bénéfice net de 85 milliards de yens sur l'exercice. - Toshifumi Kitamura - AFP

Le bond des ventes de sa console Switch va permettre au groupe japonais de jeux vidéo d'engranger de très bons résultats sur son exercice 2017-2018.

Nintendo se montre très confiant pour son exercice 2017-2018. Le groupe japonais de jeux vidéo a fortement revu à la hausse ses prévisions de résultats, grâce au bond attendu des ventes de sa nouvelle console Switch, qui a déjà dynamisé son premier semestre.

Nintendo vise désormais un bénéfice net de 85 milliards de yens sur l'exercice, soit près du double de sa précédente prévision (45 milliards). La maison mère de Mario, de Zelda ou encore des Pokemon a aussi musclé sa prévision annuelle de chiffre d'affaires, fixée à 960 milliards de yens à présent contre 750 milliards précédemment, et celle de son bénéfice opérationnel, désormais attendu à 120 milliards de yens contre 65 milliards auparavant.

Méventes de sa console Wii U

Cet optimiste retrouvé, après un exercice 2016-2017 en demi-teinte marqué par les méventes de sa console Wii U alors en fin de vie, s'explique principalement par des perspectives très positives de sa nouvelle console Switch, au concept original, car étant à la fois une console de salon et une console portable, grâce à son écran amovible. Nintendo prévoit désormais d'écouler quatorze millions de consoles Switch sur son exercice en cours, clos au 31 mars 2018, contre une prévision précédente de 10 millions d'unités. Il a aussi révisé à la hausse le nombre de jeux pour la Switch qu'il espère vendre dans le monde sur l'exercice, de 35 à 50 millions d'unités.

Le premier semestre du groupe a été robuste, avec un bond du bénéfice net de 34,5% à 51,5 milliards de yens (390 millions d'euros), un bénéfice opérationnel de 39,9 milliards de yens, contre une perte de près de 6 milliards un an plus tôt, et des ventes presque triplées sur un an, à 374 milliards de yens, dont 72,8% réalisées hors du Japon.

Nintendo indique avoir vendu 4,89 millions de consoles Switch sur le premier semestre, avec une nette accélération au deuxième trimestre, après un lancement déjà réussi: plus de 2,7 millions d'unités avaient été vendues sur le mois de mars précédant le début de l'exercice en cours. Nintendo a écoulé 22 millions de jeux pour la Switch au premier semestre. Outre le succès des jeux Mario Kart 8 Deluxe et ARMS, le lancement cet été du jeu Splatoon 2 s'est bien passé, avec 3,61 millions d'unités vendues dans le monde à fin septembre.

Super Mario Odyssey, nouveau jackpot?

La firme compte aussi sur son nouveau jeu Super Mario Odyssey, lancé la semaine dernière, pour continuer à faire grimper les ventes de jeux pour la Switch au second semestre. Alors qu'il était fragilisé depuis des années, longtemps désarmé face à l'énorme succès des jeux sur smartphones et tablettes, Nintendo renoue avec un problème de riche: "Un risque potentiel est une pénurie de consoles s'ils n'arrivent pas à tenir le rythme de la demande", a déclaré à l'AFP Yasuo Imanaka, analyste de Rakuten Securities à Tokyo.

Redevenu tendance grâce au succès mondial l'an dernier du jeu sur mobile Pokemon Go, développé sous licence par le studio américain Niantic, Nintendo s'est à son tour directement lancé dans des applications de jeux pour smartphones, avec des jeux comme Super Mario Run ou Fire Emblem Heroes, afin de conquérir de nouveaux publics. Ses ventes dans cette activité restent encore marginales, mais explosent depuis l'an dernier: 17,9 milliards de yens sur le premier semestre, soit 135 millions d'euros, un résultat plus que quintuplé sur un an.

Ses consoles de poche 3DS ont également progressé sur le semestre écoulé, grâce au lancement mondial de sa nouvelle console Nintendo 2DS XL cet été, mais les ventes de jeux pour ces consoles ont nettement diminué de 28% sur la période, à 13,82 millions d'unités. En plus de ventes solides, Nintendo mise également sur un yen plus faible par rapport à l'euro sur son second semestre, ce qui est favorable à ses ventes en Europe, et a maintenu inchangée sa prévision de taux de change par rapport au dollar.

D. L. avec AFP