BFM Business

Nicolas Dufourcq, Bpifrance: "L'industrie française est en pleine refondation"

"Le label French Fab incarne la rénovation de notre industrie" explique Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance.

"Le label French Fab incarne la rénovation de notre industrie" explique Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance. - BFM Business

L'industrie française a désormais son label, French Lab. Dévoilé lors de l'événement Big, organisé à Paris, "il incarne la refondation du savoir-faire industriel 4.0" explique Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance.

C'est une sorte de Davos des PME, des ETI et de l'innovation technologique qui est réuni à Paris, ce 12 octobre. Les 30.000 participants attendus à l'événement Big (bpifrance inno generation) pouvaient assister à 160 ateliers où témoignent 600 intervenants, des entrepreneurs et des chefs d'entreprise venus témoigner de leur vécu. "Il s'agit de bâtir le temps d'une journée un réseau social d'entrepreneurs où les participants fassent des rencontres qui puissent changer un peu leur vie ou leur état d'esprit" a souligné Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, sur l'antenne de BFM Business.

À l'occasion cet événement, le label French Fab, jumeau de son prédécesseur (Frenchtech), a fait sa première sortie médiatique. "L'idée est d'avoir une marque tribale, communautaire qui incarne les industriels, et qui sera portée à l'extérieur mais aussi à l'intérieur du pays. Avec le label French Fab, on veut révéler ceux qui portent haut la refondation du tissu industriel autour de l'industrie 4.0 dans les territoires. L'industrie reste un socle de l'économie française" souligne le patron de la banque publique d'investissement.

"Le capital-risque américain doit atterrir à Paris et ne plus survoler la capitale"

"Il n'y a pas besoin de faire 150 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel pour être automatisé. J'ai rencontré récemment une société française de 16 millions d'euros de chiffre d'affaires. Elle est élue tous les ans par Safran, meilleur fournisseur avec son usine totalement automatisée de vis auto-freinantes pour l'aéronautique" argumente Nicolas Dufourcq.

De retour d'un voyage d'affaires aux États-Unis, où il a rencontré l'association américaine du capital-risque, Nicolas Dufourcq a fait la promotion de l'innovation et des start-up françaises.

"Il faut corriger l'anomalie qui fait qu'aujourd'hui 90% du capital-risque en France est financé par de l'argent français et européen. J'ai répété aux investisseurs américains en capital-risque qu'ils ne pouvaient plus continuer de survoler Paris, sans y atterrir" a conclu le patron de Bpifrance.

Frédéric Bergé