BFM Business

Mobile: 3 chiffres qui prouvent que la concurrence a du bon

Le taux de pénétration de la téléphonie mobile en France, calculé comme le ratio de l'ensemble des cartes Sim
en service sur la population, s'élevait fin 2014, à 121,5%, en croissance de 4,3 points en un an.

Le taux de pénétration de la téléphonie mobile en France, calculé comme le ratio de l'ensemble des cartes Sim en service sur la population, s'élevait fin 2014, à 121,5%, en croissance de 4,3 points en un an. - AFP JUSSI NUKARI / LEHTIKUVA

Toujours plus de cartes SIM, des forfaits sans engagement devenus majoritaires, la portabilité des numéros en hausse: les effets de la concurrence sur le marché français de la téléphonie mobile se font toujours sentir.

Le marché français de la téléphonie mobile a tous les atouts d'un marché dynamique et fluide. En témoignent les derniers chiffres annuels publiés par l'observatoire des services mobiles de l'Arcep.

1. Près de 80 millions de cartes SIM

L'indicateur le plus parlant est la progression continue du parc total de cartes SIM en circulation, preuve que l'usage de la mobilité se banalise. Il y avait ainsi 79,941 millions de cartes SIM en 2014 , soit 3,1 millions de cartes en plus en un an (+ 4,1%). Ce chiffre englobe les cartes liées aux offres mobiles classiques ainsi que celles (8 millions) utilisées pour la gestion à distance d'équipements connectés.

Free Mobile a joué un rôle important dans l'augmentation du nombre de détenteurs de cartes: fin décembre 2011, soit un mois avant son arrivée sur lae marché, il y avait 68,6 millions de cartes en circulation, soit 11 millions de moins qu'actuellement.

2. Plus de 1 forfait sur 2 est libre de tout engagement

L'autre indicateur significatif de la dynamique concurrentielle tient à la hausse des forfaits libre d'engagement, c'est-à-dire les abonnements souscrits sans durée d'engagement et ceux dont la période d'engagement est terminée. Ils n'ont cessé d'augmenter (+7 points en un an) et sont désormais, pour la première fois, majoritaires (51%) en métropole.

Là encore cet indicateur est marqué par l'arrivée en 2012 du quatrième opérateur Free, qui a imposé les forfaits sans engagement comme une nouvelle norme du marché. Ses trois grands rivaux traditionnels ont connu parallèlement un succès croissant de leurs propres offres libre d'engagement (Sosh d'Orange, B&You de Bouygues Telecom, Red de SFR), lancées pour contrer Free sur ce terrain.

3. 1,7 million d'abonnés ont changé d'opérateur au dernier trimestre

Enfin, signe que le marché est toujours aussi fluide, le nombre de numéros "portés" (lorsqu'un client change d'opérateur mais veut garder son numéro de mobile) s'affiche à 1,7 million au cours des trois derniers mois de 2014, en hausse de 8,1% au quatrième trimestre sur un an. Cette fluidité du marché est directement liée à la progression des offres libre d'engagement. Le consommateur étant de moins en moins verrouillé par des contrats de 12 ou 24 mois, il se sent des ailes pour changer d'opérateur et choisir l'offre qui lui convient le mieux au gré des promotions ou des nouveautés.

Frédéric Bergé