BFM Business

Michel Combes (Alcatel-Lucent): pas de nouvelles restructurations "dans les mois qui viennent"

Michel Combes était l'invité de BFM Business, ce jeudi 6 février.

Michel Combes était l'invité de BFM Business, ce jeudi 6 février. - -

Le directeur général d'Alcatel-Lucent, était l'invité de BFM Business, ce jeudi 6 février. Il est notamment revenu sur la perte de 1,3 milliard d'euros accusée par son groupe en 2013.

Alcatel-Lucent est encore largement dans le rouge en 2013. Le groupe a publié, ce jeudi 6 février, une perte nette de 1,3 milliard d'euros pour l'année dernière, annonçant également la cession de sa filiale Entreprise à China Huaxin.

Invité de BFM Business ce même jour, son directeur général, Michel Combes, a préféré retenir les éléments les plus positifs. "Alcatel-Lucent a réussi son repositionnement sur le très haut débit, l'IP, et le cloud", a-t-il d'abord fait valoir.

Il a également souligné que le groupe "a desserré l'étau financier" et se finance "désormais dans des conditions normales", alors qu'il y a un an, il devait encore gager ses brevets pour trouver de l'argent. De plus "la performance opérationnelle s'est améliorée d'un demi-milliard d'euros", a-t-il ajouté.

Une perte due "aux charges de restructuration"

Michel Combes a ensuite expliqué que la perte nette de 1,3 milliard d'euros "reflète les dépréciations d'actifs liées aux périodes précédentes, et les charges de restructuration importantes". Or, "ce sont ces restructurations qui nous permettront de dégager un résultat net positif et un cash-flow positif à l'horizon 2015", comme le prévoit le plan Shift du groupe, a-t-il poursuivi.

Ces restructurations se solderont aussi par des suppressions de postes qui devraient atteindre un peu moins de 700 unités en France. "C'est douloureux" mais "malheureusement indispensable", a déclaré Michel Combes, interrogé sur ce dernier point. Et "Arnaud Montebourg a raison d'être exigeant en terme de contenu social des restructurations".

Alcatel-Lucent doit être "exemplaire"

Et Michel Combes l'a assuré: de nouvelles restructurations ne sont pas à l'ordre du jour. "Il n'y aura aucune annonce supplémentaire dans les mois qui viennent", a-t-il affirmé, rappelant qu'il a "réduit la taille du plan social, compte tenu de la nouvelle dynamique commerciale qui s'est mise en place, grâce au soutien des pouvoirs publics, incarnés par Arnaud Montebourg et Fleur Pellerin".

"Je souhaite qu'Alcatel-Lucent soit exemplaire dans sa transformation sociale, c'est à dire qu'il amène une solution pour chaque collaborateur, qu'il reste à l'intérieur de l'entreprise ou qu'il soit amené à la quitter".

Michel Combes a enfin estimé que, depuis son arrivée, Alcatel-Lucent a su faire face à la "triple crise de confiance": crise de confiance des collaborateurs, des clients, et des marchés.

J.M.