BFM Business

Marie Ekeland démissionne de la présidence du Conseil national du numérique

Marie Ekeland quitte ses fonctions de présidente du Conseil National du Numérique.

Marie Ekeland quitte ses fonctions de présidente du Conseil National du Numérique. - KENA BETANCUR / AFP

À peine nommée à la tête du Conseil national du numérique (CNNum), Marie Ekeland vient d'annoncer sa démission à la suite de la polémique sur le choix de deux membres: l'essayiste Rokhaya Diallo et le rappeur Hicham Kochman, alias Axiom.

"Demain est un autre jour". C’est le titre du long communiqué publié par Marie Ekeland sur le site du Conseil National du Numérique pour annoncer sa démission.

Nommée il y a quelques jours, la nouvelle présidente s’était fait retoquer le choix de deux des membres du conseil: l’essayiste Rokhaya Diallo et le rappeur Hicham Kochman, alias Axiom. Le 11 décembre, pour sa prise de fonction, Marie Ekeland avait publié un texte titré "Penser demain" pour annoncer le retrait de Rokhaya Diallo, mais n’avait pas cédé sur Axiom. La pression des opposants a eu raison de ses choix.

-
- © DR

"Je ne renie rien", affirme-t-elle en expliquant avoir été "choquée par les caricatures auxquels Rokhaya Diallo et Axiom ont été réduits: elles n’ont rien à voir avec ce qu’ils sont vraiment. Je continuerai, différemment et avec ceux qui le souhaitent, à œuvrer pour penser un demain qui soit, pour tous, juste, durable et heureux."

"Experte du numérique, mais novice en politique"

"Marie est une experte du numérique et de la finance, mais était novice en politique", nous a indiqué un proche du dossier. En effet, si les membres du CNNum avaient été validés par le gouvernement, il a fallu faire machine arrière après la polémique survenue dès que les noms de Rokhaya Diallo et d’Axiom ont été dévoilés.

Dès la publication de la liste, mais avant la parution au Journal officiel, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au Numérique et ex-président du CNNum, avait laissé paraitre son malaise dans un communiqué. "Eu égard […] à l’ampleur des enjeux qui sont les siens, le Conseil National du Numérique a besoin de sérénité pour travailler, et les derniers échanges sur la composition du Conseil soulignent que ces conditions ne sont pas pleinement réunies".

Sur Twitter, le courage de Marie Ekeland a été très largement salué, même si la déception est évidente. Pour Axiom, c’est un "gâchis". Reste désormais au gouvernement à trouver un nouveau ou une nouvelle président(e) qui devra nommer de nouveaux membres. À moins, comme l’évoquent certains, que le départ de Marie Ekeland sonne la fin du CNNum, "en tous les cas sous sa forme actuelle". Mais comme Marie Ekeland le dit, "Demain est un autre jour".

Pascal Samama