BFM Business

Macron alloue 1,5 milliard d'euros à l'intelligence artificielle

Emmanuel Macron intervient actuellement au colloque organisé à Paris au Collège de France pour expliquer comment l’État va aider à mettre la société sous forme d’algorithmes et permettre à la France de protéger sa souveraineté numérique.

Le 29 mars 2018 restera en France une journée historique pour l’intelligence artificielle (IA). Il y a d’abord eu le rapport Villani, les projets de groupes internationaux (Google, Samsung, Fujitsu), Emmanuel Macron est intervenu au colloque organisé à Paris au Collège de France pour expliquer comme l’État va aider à mettre la société sous forme d’algorithmes et permettre à la France de protéger sa souveraineté numérique.

A cette occasion, le président de la République va annoncer que l'Etat consacrerait près de 1,5 milliard d'euros de crédits publics sur l'ensemble du quinquennat pour développer l'IA, selon des extraits de son discours dévoilés par l'Elysée.

"Constituer un hub de recherche au meilleur niveau mondial"

"Regardez qui dirige l'intelligence artificielle dans les grands groupes mondiaux: les Français. Nous avons les talents, nous avons tout pour relever le défi de l'IA", a tweeté le président avant son discours. Des Français occupent des places importantes dans les géants du secteur, comme Facebook, Google, Samsung, Deepmind...

Mais le chef de l'Etat aimerait que la recherche se fasse dans l'Hexagone. Dans son discours, il insistera sur la volonté de la France "de constituer un hub de recherche au meilleur niveau mondial en IA grâce à la mise en place d'un programme national".

Plusieurs géants internationaux ont annoncé mercredi soir l'implantation en France de grands centres de recherche en IA, comme le Sud-Coréen Samsung qui va installer à Paris son troisième centre le plus important au monde.

"Le réveil de la France et de l'Europe"

Sur le 1,5 milliard du plan IA, près de 400 millions d'euros seront dévolus à des "appels à projet et de défis d'innovation de rupture".

L'IA sera le premier champ d'application du Fonds pour l'innovation et l'industrie de 10 milliards d'euros mis en place en début d'année, devrait préciser Emmanel Macron. Le plan IA sera aussi financé par le Fonds de transformation de l'action publique et par redéploiement budgétaire.

Le plan IA s'inspire du rapport commandé en septembre au mathématicien et député (LREM) Cédric Villani, qui a piloté plus de 300 auditions auprès d'experts du monde entier.

Ce dernier a dit espérer que ce plan entraîne "le réveil de la France et de l'Europe" dans ce domaine. "La France ne pourra tenir son rang sans le soutien de l'Europe", a-t-il ajouté.

Pour Emmanuel Macron, l'enjeu de l'IA dépasse l'aspect économique. elle relève aussi de l'éthique et du politique. "Le pire serait de laisser cela à des sociétés privées soumises à des législations qui ne sont pas les nôtres", a expliqué le chef de l'État qui souhaite la création d'un "Giec (groupe des experts du climat de l'ONU) de l'intelligence artificielle". Ce groupe d'experts internationaux serait chargé de travailler sur les questions d'éthique soulevées par les systèmes d'intelligence artificielle.

Le Président de la République a terminé son discours sur la nécessité pour la France et l'Europe de devenir des leaders mondiaux de l'intelligence artificielle. "Il n'y a aucune chance d'avoir son mot à dire si nous ne sommes pas des acteurs de poids de cette transformation", a conclu Emmanuel Macron. Un message adressé aux géants du net américains et asiatiques.

La rédaction avec AFP