BFM Business

Les revenus du streaming musical confirment leur progression en France

Les plateformes telles que Deezer ou Spotify représentent les trois-quarts des revenus du streaming en France.

Les plateformes telles que Deezer ou Spotify représentent les trois-quarts des revenus du streaming en France. - Jonathan Nackstrand - AFP

Depuis le début de l'année, les bonnes performances du streaming compensent en partie l'effondrement des ventes physiques (cd, vinyles) en France.

Le marché du disque a toujours un genou à terre, mais les nouvelles pourraient être encourageantes. Les revenus issus de l'écoute des morceaux en ligne (streaming) représentent en effet désormais "la moitié du chiffre d'affaires des ventes physiques" (cd, vinyles) en France, selon le bilan établi mardi par le Snep, principal syndicat de producteurs de disques.

Entre début janvier et fin juillet 2015, les ventes de supports physiques ont continué à s'écrouler avec un chiffre d'affaires de 118,3 millions d'euros en sept mois contre 144,3 millions sur la même période en 2014, soit une chute de 18% en un an.

"Les consommateurs français confirment leur engouement pour ce nouvel usage"

Cette baisse est en partie compensée par une nouvelle hausse des revenus issus du streaming, avec 58,6 millions d'euros de chiffre d'affaires en sept mois contre 41,1 millions sur la même période en 2014 (+42%).

Cette progression est d'abord due aux abonnements aux plateformes de streaming (comme Deezer, Spotify, Apple Music ou Tidal), qui représentent les trois-quarts des revenus du streaming. L'autre part provient de la publicité dans le modèle d'écoute gratuite utilisée par certaines plateformes. "Avec près de 9 milliards d'écoutes en streaming sur les sept premiers mois de l'année, les consommateurs français confirment leur engouement pour ce nouvel usage", estime le Snep dans un communiqué.

Globalement, le marché du disque, en crise depuis le début des années 2000 et le développement du numérique, affiche toutefois une nouvelle baisse de 6,2% sur les sept premiers mois de 2015 (avec un chiffre d'affaires global de 207,3 millions d'euros).

Y.D. avec AFP