BFM Business

Les opérateurs télécoms lancent leurs campagnes de Noël

Cette année, Orange montre deux voisins s'affronter sur la décoration de Noël très high-tech de leurs maisons.

Cette année, Orange montre deux voisins s'affronter sur la décoration de Noël très high-tech de leurs maisons. - Orange

Orange, Bouygues, Free et SFR ne dérogent pas à la règle et s'offrent en cette fin d'année des campagnes pub massives. Chaque année, les mois de novembre et décembre concentrent un tiers de leurs dépenses totales en publicité.

Les fêtes de fin d'année, un moment à ne pas rater pour les opérateurs télécoms. À quelques semaines de Noël, ils lancent leurs grandes campagnes de publicité pour les fêtes de fin d'année. Une période où les investissements publicitaires dans le secteur sont traditionnellement très élevés. Près de 30% du total des dépenses en réclame de l'année sont concentrées sur les mois de novembre et de décembre.

Et Orange est régulièrement le plus gros annonceur de la période. Avec des campagnes déclinées à la télé, au cinéma et dans les boutiques, en radio, en presse et en affichage.

Un Noël connecté

Cette année, l'opérateur historique a axé sa campagne sur la high-tech. Le spot, réalisé par Publicis, fait s'affronter deux voisins pour décorer leur maison pour Noël. Une décoration très tech, qu'ils animent grâce à leurs smartphones et leurs objets connectés. Orange met aussi en avant ses premiers pas dans la réalité virtuelle, et lance une course de drones connectés en 4G. Le principe consiste à s'immerger dans la course grâce à un casque de réalité virtuelle.

Bouygues Télécom et Free ont de leur côté opté pour une stratégie très différente. Ils insistent essentiellement sur le prix et la quantité de data de leurs offres. Quant à SFR (dont la maison-mère, Altice, est actionnaire à 49% du groupe qui détient BFM Business), c'est l'occasion de mettre un coup de projecteur sur sa stratégie de contenu, comme ses chaînes sport. Avec, omniprésent dans ses spots, son ambassadeur, le footballeur Cristiano Ronaldo.

Simon Tenenbaum, édité par N.G.